La ministre de la Culture : « Le procureur m’a forcée à conclure un accord avec un théâtre arabe »

Décidément, entre la Cour suprême et le procureur général, ce pays ne sera plus gouverné que par des juristes. La ministre de la Culture Miri Regev (Likoud) a déclaré mardi que le compromis entre son bureau et le Maidan Theater a été imposé par le conseiller juridique du gouvernement ou procureur général. Le théâtre arabe concerné a provoqué l’indignation quand il a exécuté devant un public passif une pièce qui glorifie Walid Daka, le terroriste qui a enlevé et cruellement assassiné en 1984 un soldat israélien de 19 ans, Moshe Tamam.

Regev a été contrainte de renouveler le financement du théâtre, dix mois après qu’elle l’ait suspendu. Le théâtre a, quant à lui, subi un changement de direction.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *