La lutte contre l’antisionisme dérange, il faut aller de l’avant

La promenade “philosémite” parisienne de mardi soir (et partout en province) s’est attirée beaucoup de suspicion de la part de divers secteurs de la communauté juive militante. Le risque majeur en était la “récupération” de la part de milieux politiques qui, le reste de l’année, font oeuvre d’antisionisme et de complaisance envers l’islamisme radical et la lutte terroriste palestinienne, ses appels au boycott. Lire la suite sur jforum.fr