La lente ascension du football féminin en Israël

Une photo qui fait qu’une femme se sente chez elle sur un terrain de foot. Une photo qui lui ouvre les portes d’un domaine où l’homme régnait en maître jusqu’alors. Cette photo qui l’intègre mieux que ne pourrait le faire le plus intelligent des slogans. Une photo qui mérite largement d’être primée pour service rendu au football féminin en général, au football israélien en particulier !!!

Le football féminin relève la tête. Une photo qui montre Diana Redman née à New York, recrutée un temps pour jouer pour Israël à l’université avant que de retourner vivre à Houston pour y travailler en tant que psychologue clinicienne.

Le deuxième sexe… Ceci-étant, rien ne peut justifier que dans ce domaine comme pratiquement tous les autres, la Femme, encore une fois soit reléguée au second rang et conséquemment ne reçoive rien de comparable à ce que trouve son homonyme masculin dans l’enveloppe nécessaire pour lui permettre de se développer normalement.

En ce qui concerne l’équipe de football israélienne, le parcours est particulièrement difficile avec un financement quasiment nul et très peu de soutien… de la part des supporters féminines fort peu nombreuses et peu sollicitées pour se rendre sur ce lieu du crime.

Il est vrai que malgré quelques performances intéressantes, à ce jour, l’équipe ne s’est jamais encore qualifiée pour un challenge mondial et aucune « entraîneuse » à l’horizon…

Ainsi l’entraîneur-chef Guy Azouri, de déclarer espérer que le vent commence à bien vouloir tourner et les femmes israéliennes se sentir concernées par ce ballon trop rond et ses règles copiées collées d’un foot intrinsèquement trop mâle !

« Ce n’est pas comme aux États-Unis, où vous voyez un million de filles jouer au football » explique cet homme qui a passé une grande partie de sa carrière de footballeur aux États-Unis avant de devenir un des entraîneurs les plus respectés en Israël.

A quand la grande vie pour l’équipe féminine israélienne ?

Pour le moment, on est bien obligé de constater que l’équipe ne compte qu’une victoire 12-1 sur l’Estonie lors d’un match de qualification pour le championnat européen féminin en 2004. Ce qui laisse un arrière-goût de trop peu. D’autant qu’on ne peut faire l’impasse sur une défaite cuisante contre la Biélorussie l’année suivante et contre la Norvège par 0 à 5 en septembre 2016.

Depuis peu capitaine de l’équipe actuelle Shay Sade, a déclaré que le plus grand défi est de souder toutes ces femmes obligées de travailler ailleurs par manque de crédit.

Ceci expliquant cela, la milieu de terrain Diana Redman ne peut s’empêcher, elle aussi, de mettre ces conditions en opposition avec le traitement de première classe dont bénéficient les joueuses de football américaines… Sans parler du statut de ces messieurs d’où qu’ils soient…

« D’autres pays ont investi dans leurs programmes féminins. Ce n’est pas un hasard si leurs programmes et leurs équipes se sont améliorées de manière spectaculaire.

C’est juste une question de temps pour qu’Israël fasse de même.

Bely Landerer

Bely Landerer

Avec Bely, Coolamnews vous propose un œil iconoclaste terriblement avide du monde qui l’entoure

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *