La Knesset vote la loi sur l’alimentation forcée des grévistes de la faim

Le Parlement israélien a adopté jeudi la loi donnant la possibilité aux gardiens de prison de nourrir de force les prisonniers qui font la grève de la faim, un mouvement qui a rencontré une vive opposition de l’Association médicale du pays. La coalition de droite du Premier ministre Benjamin Netanyahou a résisté à un débat parlementaire long et a fini par voter loi avec une majorité de 46 législateurs contre 40 qui se sont opposés. Israël a longtemps été concerné par les grèves de la faim des Palestiniens dans ses prisons qui pouvaient finir par la mort des prisonniers et le déclenchement de vagues de protestations en Judée-Samarie et à Jérusalem. L‘Association médicale d’Israël, qui considère que forcer quelqu’un à se nourrir est une forme de torture médicalement risquée, a exhorté les médecins israéliens à ne pas respecter la loi. Joli exemple de délinquance pénale par la désobéissance civile. Par contre d’autres médecins, moins politisés, affirment que l’assistance médicale aide les grévistes de la faim à affronter l’alimentation forcée sans traumatisme physique ou moral.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *