La justice française permet officiellement de mettre en danger la vie de musulmans modérés

La Cour d’Appel de Paris vient de relaxer Belkacem Adda Benyoucef accusé d’avoir diffamé l’imam de Drancy dans une vidéo « Tout sur Chalghoumi », brossant un portrait ordurier de l’imam, traité de « larbin du CRIF » et donc des Juifs, ce qui dans la sphère islamiste revient à une condamnation à mort.

Lors du procès, l’avocate de Belkacem était l’anti-israélienne Dominique Cochain, qui défend bec et ongles la campagne BDS et avait réussi à faire annuler un voyage du Barreau de Paris en Israël l’année dernière. Cette dernière n’avait pas hésité à attaquer l’imam concernant « le caractère politique de ses discours », ne pardonnant pas des plaidoyers en faveur de Gilad Shalit.

« Il n’est pas dans le dialogue inter-religieux, mais dans une pratique politique, et le fait qu’il passe plus de temps en Israël que dans sa mosquée, est révélateur », avait fait remarquer Me Cochain, ajoutant au passage : « D’ailleurs, il ne parle jamais de l’islam et quand il en parle c’est comme si on ne retenait du catholicisme que la pédophile ». La justice française a donc tranché…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *