La justice chilienne va-t-elle poursuivre des magistrats israéliens pour « crime de guerre »?

Une plainte pour crimes de guerre a été déposée au Chili contre trois des membres de la Cour Suprême israélienne, lesquels avaient autorisé la construction de la barrière de sécurité dans la région de Bethléem en Judée.

Cette initiative s’inspire – sans rire – des procès de Nuremberg, la plainte a été déposée lundi à Santiago du Chili, avec le soutien de parlementaires locaux, précise la journaliste Amira Hass.

Les plaignants sont « 6 propriétaires palestiniens » de Beit Jala. Les magistrats israéliens visés sont Asher Grunis (ancien président de la Cour Suprême), Neal Hendel et Uzi Vogelman (ces deux derniers étant toujours en fonction).

Le Chili a adhéré il y a quelques années au « statut de Rome » fondant la Cour Pénale Internationale, et il s’est doté du principe de compétence judiciaire universelle : un principe qui autorise la justice chilienne a engager des poursuites contre toute personne susceptible d’être coupable d’infraction au droit international, quelle que soit sa nationalité, et quel que soit le lieu où le crime a été commis.

La décision d’engager des poursuites a été prise en tenant compte du précédent créé par les procès de Nuremberg, où des magistrats avaient été condamnés pour leur coopération avec le régime nazi et les crimes de guerre et crimes contre l’humanité perpétrés par ce dernier, selon un membre de l’équipe chilienne en charge du dossier.

Cinq magistrats chiliens ont été chargés d’instruire le dossier. Ils ont deux semaines pour se prononcer sur la suite à donner à la plainte. Leur enquête pourrait comprendre des sommations à comparaître au Chili, voire des déplacements en Israël pour auditionner les mis en cause sur place…

Le Chili a voté la reconnaissance de la « Palestine » aux Nations-Unies, et le représentant de « Palestine » à Santiago a rang d’ambassadeur.

Une pensée sur “La justice chilienne va-t-elle poursuivre des magistrats israéliens pour « crime de guerre »?

  • Avatar
    1 décembre 2016 à 21 h 16 min
    Permalink

    Qu’ ils commencent par faire la lumière sur la mort de Pinochet et sur la répression horrible qui s’ en suivi , Victor Jarra ce grand artiste à qui on a coupé les doigts

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *