La France n’attire pas les développeurs utiles à l’essor du digital. Et Israël?

Le chiffre. 4600 euros, c’est le montant qu’il reste aux développeurs parisiens à la fin de l’année en revenu net, selon une étude prenant en compte le niveau de vie local. C’est dix fois moins qu’à Seattle et deux fois moins qu’à Lyon. Israël, dans le classement ci-dessous (tableau), offre des salaires excellents aux développeurs qui viennent du monde entier (il suffit de sillonner Rothschild street à Tel-Aviv pour en être convaincu). Et ce métier est considéré en plus comme très noble dans la Startup Nation.Lire la suite sur israelvalley.com