La fille de René Goscinny : “On lit aussi que les couleurs des braies d’Obélix, bleu et blanc, sont celles d’Israël !”

Anne Goscinny, la fille de René Goscinny, célèbre co-auteur d’Astérix, a affirmé dimanche que son père a profondément été marqué par l’extermination d’une partie de sa famille dans les camps nazis.

“Soyons clair, je n’ai pas de texte où il affirmerait que les pogroms subis par sa mère ou la disparition d’une partie de sa famille dans les camps nazis ont été des traumatismes et ont influencé son travail. Mais j’avais 9 ans quand il est mort, et, de ce que j’ai pu retenir de lui, de son extrême sensibilité, je me suis forgé la certitude que ces douleurs l’avaient profondément marqué. Vous savez, sa mère, Anna, évoquait régulièrement son shtetl natal d’Ukraine, où sa maison avait été brûlée en premier parce que son père était rabbin. Et j’ai retrouvé des lettres qu’elle recevait de sa famille restée en France sous l’Occupation [Goscinny et ses parents avaient quitté la France pour l’Argentine en 1928, NDLR]. Elles racontent les brimades quotidiennes, l’étoile jaune cousue…”, a-t-elle confié dans un long entretien accordé à L’Obs où elle a annoncé avoir proposé au Musée d’Art et d’Histoire du Judaïsme (MahJ) une exposition sur son père.

 

Lire la suite sur lemondejuif.info