La colonie juive oubliée d’Eléphantine

Le monde juif s’est toujours interrogé sur le sort qui fut réservé aux dix tribus perdues
après que Nabuchodonosor eût détruit le Temple de Jérusalem en -586 et qu’il eût
déporté les Juifs vers la Babylonie, la Perse et l’Extrême Orient.
Par Caroline Elishéva REBOUH.

En dehors des « Bné Menashé » dont on est en droit de penser qu’ils sont en effet les descendants de la tribu de Menashé, pour les autres : ceux du Yémen, d’Arabie, d’Inde, de Chine ou du Japon et d’ailleurs, on ne fait que supputer qu’ils viennent de la tribu de Gad ou de Dan etc…. Au large des rives de la ville d’Assouan se trouvent de petites îles et l’une d’elles est l’île d’Eléphantine ou île d’Ieb. Ce nom fait allusion au commerce d’ivoire qui avait lieu sur cette petite d’île d’une superficie de deux kilomètres carrés environ. Comme souvent, par manque de documents, on ne peut connaître la date exacte de l’arrivée de la colonie juive en Eléphantine.

Pourtant, sont évoquées deux périodes possibles de leur arrivée dans l’île, la première étant celle de l’arrivée de Juifs après que le roi Menashé régnant sur la Judée ait voulu prêter main forte au roi d’Egypte Psamétique en guerre contre la Nubie. A cette occasion, le roi Menashé aurait délégué un bataillon de soldats en Eléphantine. La seconde éventualité étant qu’après la déportation de Juifs vers l’Asie, époque où une partie du peuple se serait réfugiée en
Egypte au lieu de se rendre, comme beaucoup d’autres, au-delà du Tigre et de l’Euphrate vers l’an -585.
Sur l’île d’Eléphantine vivaient des Egyptiens idolâtres qui avaient érigé un temple dit de Khnoum.

Un Temple à l’image de celui de Jérusalem

Les Juifs, eux aussi, édifièrent un Temple où le prêtre pratiquait un culte à l’image de celui de Jérusalem avec holocaustes, offrandes et encens bien que le nom de la « divinité » se rapprochât du Tétragramme mais ils avaient enlevé lav dernière lettre au Tétragramme pour ne plus qualifier le temple d’Eléphantine que, comme le Temple de Yaho ; de plus, on ne sait pour quelle raison, certains païens venaient dans l’enceinte de ce temple pour y rendre un culte idolâtre. Il semblerait que dès cette époque, un mouvement libéral ou progressiste s’était fait jour et
étaient célébrés et tolérés des mariages mixtes.

Lors de fouilles archéologiques au début du XXème siècle une centaine d’ostracas et de papyri ont été retrouvés sur l’île d’Eléphantine en général et sur la colonie juive en particulier. Ces papyri sont écrits en araméen langue utilisée surtout lors des échanges commerciaux – l’île faisait le commerce de l’ivoire mais aussi du granit extrait des
carrières situées aux alentours de la cité. Ces documents témoignent de la vie de la communauté étant constitués de
documents juridiques et familiaux, de certificats attestant de l’affranchissement d’esclaves. Cependant ces manuscrits ne concernent que la tranche de vie allant de -495 à -398 soit 103 ans.

La révolte

Une révolte éclata sur l’île fomentée par les Egyptiens qui se rendirent chez le gouverneur Perse en exercice à Assouan et à l’île d’Ieb (Eléphantine) ; soudoyé par des Egyptiens idolâtres qui rêvaient de mettre à sac le Temple des Juifs, ce gouverneur investit le Temple en détruisant tout sur son passage et en s’appropriant tous les ustensiles cultuels d’or ou d’argent. L’épisode de la destruction du temple d’Eléphantine fut rédigé par l’un des soldats en garnison sur l’île qui ne manqua de relater le soulèvement de la communauté tout entière lors du sac du Temple.

Ezra mit les Juifs d’Eléphantine en garde sur les pratiques religieuses de la communauté qui observait des dates différentes pour les fêtes comme par exemple la fête de Pâque qui était observée selon les dates des Samaritains. Il les mit en garde également sur les écarts causés au cours de l’exercice du culte. Après la destruction du temple d’Ieb, Yédoniahou, prêtre (cohen) à Eléphantine s’adressa au Cohen de Jérusalem Yéhohanan pour lui demander de l’aide pour la reconstruction du lieu de culte.

Jérusalem ne répond pas

Cette missive resta sans réponse. Peu de temps plus tard, une seconde missive fut aussi adressée à Jérusalem et resta, elle aussi, sans réponse. On est en droit de se demander pourquoi les Hiérosolomitains ne se portèrent pas au
secours des frères du Nil peut-être constatèrent-ils trop de laxisme ou peut-être cette communauté constituée de soldats ne devait-elle pas s’éterniser en ces terres étrangères et ne convenait-il pas de s’investir outre mesure pour sauver ces personnes qui seraient sans doute rappelées en Judée.

Cette colonie juive a disparu et n’a laissé derrière elle que des témoignages en langues anciennes et n’a intéressé que peu de chercheurs.

Caroline Elishéva REBOUH vit en Israël depuis plus de 40 ans. Elle a enseigné l’Hébreu et le judaïsme. Elle est également conférencière et essayiste. Auteur d’un livre sur l’histoire des Juifs de Chine publié aux Editions Persée et en vente chez Amazon (ce livre a aussi été publié en anglais aux Presses Universitaires de Cambridge (également en vente chez Amazon.

—————————————————————————————-

1. -697 à -642.
2. Lire Jérémie chapitres VII et XXXXIV ainsi que Rois II chap. XXIII, v. XXXIII et ss et Jérémie chapitres
XXXXI à XXXXIII et XXXXIV (Pathros est Eléphantine)
3. Papyrus Pascal.

Une pensée sur “La colonie juive oubliée d’Eléphantine

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *