Kobané est devenu un enjeu stratégique pour Obama

Israël n’est pas indifférent à ce qui se passe en Syrie, plus exactement dans la ville Kurde de Kobané. Ce qui effraie les experts israéliens, c’est que le soutien de plus en plus probant des Etats-Unis aux combattants kurdes n’est pas un hasard dû aux combats contre l’Etat islamique, mais une stratégie en deux phases qui vise à faire tomber Assad.

Il était 18 heures hier quand les djihadistes ont aperçu les avions de la coalition larguer leurs bombes sur une position que l’Etat islamique avait prise aux Kurdes quelques jours auparavant. Cette position se trouve à l’ouest de Kobané : ce sont les collines de Tilsehir. Lorsque les islamistes ont voulu se réfugier derrière la colline, ils ont été délogés par l’aviation et les Kurdes qui ont repris leur position. Les frappes ont été si intensives qu’on pouvait voir et entendre les impacts depuis la frontière turque.

« Notre objectif est d’éradiquer les djihadistes. »

« Les Kurdes sont en mesure de résister aux assauts des djihadistes grâce aux frappes aériennes de la coalition. En observant ce qui se passe depuis deux semaines sur le terrain, les djihadistes n’ont pas avancé d’un pouce. J’espère que les Kurdes profiteront de cet avantage pour consolider leurs positions, » affirme un responsable américain. « Notre objectif est d’éradiquer complètement les djihadistes », conclut le haut fonctionnaire américain.

Appuyés par d’autres forces aériennes, les Rafales français ont eux aussi bombardé un centre d’entraînement et d’armement de l’Etat islamique. Cette base servait aux djihadistes à préparer leurs explosifs et leurs attaques contre l’armée irakienne. « Il s’agit de la première intervention des avions français à une attaque massive, » a déclaré Pierre de Villiers, chef d’état-major.

« Les rebelles se déchireront en guerres tribales. »

Les deux phases qui constituent la stratégie des USA sont tout d’abord de convaincre les Kurdes de ne plus soutenir Assad sous prétexte que son armée combat les rebelles islamistes, ensuite d’utiliser les rebelles formés actuellement par les armées de la coalition pour en finir avec le régime syrien. Ce que craignent les Israéliens, c’est que les rebelles, dont se serviront les Etats-Unis, seront incapables de s’entendre sur la gestion du pouvoir une fois qu’Assad sera écarté. Ils morcelleront le pays en territoires tribales, et tout sera à refaire car la région ne sera pas stabiliser.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *