Justice française et maladie: Bernard Tapie n’est pas Papon

Il y a à peine quelques heures je découvre le renvoi de Tapie devant le tribunal correctionnel, en raison d’un arbitrage douteux sur la valeur de l’indemnisation reçue sur l’affaire Adidas.

Je dois rappeler que,  ma sympathie n’est pas partisane à l’égard de cet homme haut en couleur, venu d’un milieu simple. Ni d’un côté ni de l’autre.  Ma sympathie va au seul qui, dans la France du retour de Le Pen, avait promis de lui casser la figure. A un type qui a le culot merveilleux de faire des affaires de haut niveau et d’afficher ouvertement des idées de gauche, antiracistes, sociales. Une sympathie pour quelqu’un qui, secoué par la presse et les jaloux, a tenu la barre de son bateau, puis de ses passions comme le foot et le théâtre. Un homme unique dans cette France recroquevillée de toutes parts.
Sa « grande affaire » continue de bouffer du temps à nos juges et c’est normal. Moi qui ait bien connu ces opérations financières d’envergure, je reconnais qu’il y a des débats complexes, des gens « border line ».  Si c’est le cas de Tapie sur cette affaire, il faut bien que la justice fasse enfin la lumière.
Seulement, au beau milieu de tout ça, il y a un homme malade. Apparemment très malade. Épuisé par cette saloperie et que seuls les salauds peuvent n’avoir aucune empathie pour cet homme de cœur ; qu’on le veuille ou non.
Je pourrais continuer à pousser la réflexion, ou à dire simplement pourquoi cet état de santé doit avoir des conséquences sur la justice?

A cette question j’aurai deux réponses :

1) De quel droit a t’on raccourci de près de 7 ans la peine de Maurice Papon, qui a facilité ou décidé des déportations de centaines d’hommes et de femmes en 1942 et  n’avons-nous même pas une once de complaisance pour un homme dont les seuls « crimes »  sont des débats techniques d’argent, même pas encore clarifiés?
2) Comme un homme normal, nous, les témoins, les journalistes, choisissent de ne rien dire, de rester dans la meute, en voyant ce visage triste, ce corps qui se drogue à la Chimio, ce cerveau qui tremble en son for intérieur d’être à deux doigts de la fin de ses jours peut-être.
Où sont tous ceux qu’il a fait pleurer de joie à Marseille ? E ceux qui ont été aidés par ses entreprises pour trouver un job? C’est vrai, il faut préciser qu’on a réduit son job d’homme d’affaire à tuer des boites, alors qu’au passage, tant de fois, avec Adidas évidemment, quel est le solde net des emplois qu’il a générés ?
Plutôt positif , non? Et le panache a donné l’exemple de l’espoir aux jeunes inclassables. Et avec ses idées pour aider ces paumés, pour éradiquer le racisme franchouillard des banlieues. Son bilan mérite mieux que cette indifférence, voire cet acharnement.

 7 ans pour Papon valent 7000 pour Tapie

Je ne suis pas un spécialiste de ses affaires, ou de sa carrière politique, mais il a toujours eu fière allure, et sans aucun doute un cœur… Où sont donc ces élans de soutien qui manquent tant aujourd’hui en voyant cet homme brisé? Il faut qu’humainement il puisse souffler, se soigner, plutôt que de s’enfermer dans des pièces de malheur
pour accélérer l’échéance.
Remettre à plus tard serait plus humain. Plus digne …Si on a offert 7 ans de répit à Papon , il mérite bien 7000 ans….

José Boublil

José Boublil

Chef d’entreprise dans les nouvelles technologies, ancien associé du cabinet Deloitte, sioniste convaincu.

Une pensée sur “Justice française et maladie: Bernard Tapie n’est pas Papon

  • 23 décembre 2017 à 11:22
    Permalink

    Merci pour ce rappel Mr. Boublil.
    C’est tres vrai et votre article est tres pugnace.
    Merci encore.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *