« Juste pour pleurer »

L’ancien diplomate Daniel Gal raconte : « Me promenant un après-midi d’été sur les rives du lac de Côme en Italie, je vis soudain face à moi un monument en métal, du bronze, de plusieurs mètres de grandeur.  Il représentait un livre ouvert avec plusieurs pages sur lesquelles était écrite la même phrase en des dizaines de langues y compris le yiddish et l’hébreu . M’approchant je pus lire « si tous les océans étaient remplis d’encre et tous les continents recouverts de papier, cela ne suffirait pas à raconter et décrire notre tragédie et nos souffrances » signé Haïm ,14 ans. Ce message en yiddish a été trouvé par hasard dans la doublure de la veste de cet adolescent assassiné dans les camps d’extermination durant la Shoah.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *