Jusqu’où l’Europe ira-t-elle pour sauver Abbas *

À la demande de la Norvège, l’Union européenne a tenu le 31 janvier à Bruxelles une session d’urgence du Comité de liaison ad hoc (AHLC), qui coordonne l’aide au développement au peuple palestinien. Le groupe des donateurs s’était réuni pour la dernière fois en septembre, en marge de la réunion de l’Assemblée générale des Nations Unies à New York, pour discuter des préoccupations concernant l’effondrement possible de l’Autorité palestinienne (AP). Cette fois aussi, Israël était représenté par le ministre de la Coopération régionale, Tzachi Hanegbi, et le général de division Yoav Mordechai, chef de la coordination de l’activité gouvernementale dans les territoires.

La réunion de Bruxelles est l’une des plus importantes de l’histoire de l’AHLC, créée en 1993 à la suite de la signature des Accords d’Oslo israélo-palestiniens et la création de l’AP. Le comité est essentiel aux opérations de l’AP et au gouvernement du président palestinien Mahmoud Abbas. La réunion a eu lieu le lendemain du discours sur l’état de l’Union du président américain Donald Trump, dans lequel il a réitéré son avertissement que l’aide étrangère américaine ne serait utilisée dorénavant, que pour servir les intérêts américains et “seulement être allouée aux amis américains”. C’est clair. Lire la suite sur jforum.fr