Juifs et arabes courent à Jérusalem dans les quartiers « chauds »

Quand Joggeurs juifs et arabes courent ensemble pour la paix.

A l’origine de cette manifestation qui a eu lieu vendredi dernier dans Jérusalem-est, l’ONG « Runners without Borders ». Dès 7 heures du matin, ils n’étaient pas moins de 500 joggers juifs et arabes au départ de cette course. Un parcours de 5 kilomètres dont le tracé reliait Jabel Mukaber à Abu Tor. Au programme, la traversée de « Peace Forest » pour joindre les quartiers Est et Ouest de la ville.

Un parcours original ? Bien plutôt une référence au fait que plusieurs assaillants palestiniens, récemment impliqués dans des attaques terroristes perpétrées dans la capitale israélienne, étaient originaires de Jabel Mukaber.

Ce qu’a d’ailleurs confirmé l’ONG interreligieuse responsable de la course, une création majeure que l’on doit à qui était encore bien jeune à l’époque : « Le but de cette course est de renforcer les liens entre les parties orientale et occidentale de Jérusalem et d’encourager la coopération entre Juifs et Arabes, y compris dans cette zone de haute tension ».

Marqué par l’assassinat sauvage de trois adolescents israéliens dans le Gush Etzion

Au cours de l’été 2014, Israel Haas avait, plus que d’autres sans doute, été marqué par l’assassinat sauvage de trois adolescents israéliens dans le Gush Etzion. Pareilles atrocités avaient ainsi été à l’origine de ce qui deviendra l’ONG « Runners without Borders ».

Le jeune homme avait alors recruté dans tous les quartiers de la capitale pour constituer plusieurs groupes distincts d’hommes, de femmes, ainsi que de jeunes âgés de 16 à 19 ans. Des groupes  composés à parts égales de Juifs et d’Arabes. Il fut à l’origine de l’impulsion première.

Suivirent des entraînements bi-hebdomadaires avec des membres venus des quartiers arabes de Jabel Mukaber Ras-el-Amud, Silwan, Shuafat, Beit Hanina, Tsur Baher, comme des quartiers juifs de Gilo, Kiryat Menahem, Arnena et Talpiot.

« Sur le papier, l’association est totalement apolitique. Mais en réalité, ce que nous faisons peut s’apparenter à la forme la plus subversive de politique. Celle qui change les attitudes et construit des relations », avait confié Israël Haas lors du dernier marathon annuel de Jérusalem. « Dès lors que vous obtenez ce genre de choses, les liens sont beaucoup plus forts que n’importe quel conflit politique ».

En dehors des courses organisées par la municipalité, l’ONG a déjà participé à des courses à Londres, Berlin et Milan. Soutenue notamment par une dotation de l’Ambassade américaine (sise à Tel-Aviv).  Elle est aussi parvenue à lever 400.000 shekels (soit 100.000 €) sur la plate-forme de financement collectif Indiegogo.

Juste démonstration d’une action à la rentabilité certaine ?

Pour un coût finalement très raisonnable s’offrir (l’espoir d’) une Paix hors de prix !

Bely Landerer

Bely Landerer

Avec Bely, Coolamnews vous propose un œil iconoclaste terriblement avide du monde qui l’entoure

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *