Jonathan Pollard: les images de ses premiers pas hors de prison

Les images sont historiques, elles montrent Jonathan Pollard « libre » pour la première fois, peu de temps après avoir été libéré de prison après 30 ans d’incarcération.

Il n’est toutefois pas vraiment libre, étant obligé de demander une autorisation pour tout déplacement aux autorités américaines et n’ayant pas encore le droit de sortir des Etats-Unis. La Maison Blanche a précisé que le président Obama n’avait pas l’intention d’alléger les conditions imposées à Jonathan Pollard hors de prison.

Le conseiller à la sécurité nationale adjoint Ben Rhodes a déclaré à la presse que «le président n’avait pas l’intention de modifier les termes de sa libération conditionnelle. »

Peu de temps après sa libération, les avocats de J. Pollard ont fait appel pour que les restrictions qui lui sont imposées soient annulées.

4 pensées sur “Jonathan Pollard: les images de ses premiers pas hors de prison

  • 22 novembre 2015 à 20 h 17 min
    Permalink

    Bienvenue, Jonathan. Qu’Hachem vous prête longue vie, le double de celle que vous avez passée en prison, et que votre bonheur vous attende avec son épouse. Que vous ayez une Réfoua Chéléma immédiate et défintive.

    Honte à ce gouvernement qui ne salue pas sa libération, et honte à tous les gouvernements qui l’ont laissé pourrir en prison injustement, sans se soucier de lui.

    Répondre
  • 22 novembre 2015 à 11 h 04 min
    Permalink

    Le regime Netanyahu a chargé les ministres et les députés de rester discret à propos de la libération de Pollard, apparemment pour ne pas irriter Obama. Il leur a demandé de ne pas saluer Pollard quand il quittéra la prison. Les avocats ont écrit que les conditions étaient illégales, parce qu’ils violent une loi fédérale, les règlements fédéraux, et de la constitution, lesquels freinent strictement l’imposition de conditions sur les libérés conditionnels. Ils ont dit que les conditions de surveillance et de suivi imposées a Pollard ont été ceux le plus souvent imposées aux pédophiles, les harceleurs et les criminels similaire dangereux qui doivent être étroitement surveillés en tout temps pour la protection de leurs victimes.

    « Il n’y a aucune base pour traiter M. Pollard de cette manière, et de le faire est vindicatif et cruel ».

    Pollard n’a pas été mis complètement libre, il a donc encore a etre vérifier régulièrement auprès d’un agent de libération conditionnelle et peut être retourné en prison pour mauvais comportement. Il est interdit de quitter les États-Unis pendant cinq ans, de donner des interviews. Pollard est tenu de porter un bracelet électronique en tout temps pour le suivi GPS de ses allées et venues aller en ligne sur internet et d’être soumis à la surveillance et l’inspection de ses ordinateurs ainsi que ceux de tout employeur qui choisit de l’embaucher sans entraves.

    Le renommée mondiale, avocat pénaliste Alan Dershowitz, qui représentait Pollard dans le passé, a déclaré au Jerusalem Post que bien que ces conditions de libération conditionnelle ne sont pas sans précédent, ils sont «totalement irrationnelle. »

    « Il n’a pas d’informations classifiées, alors il devrait être en mesure de parler à la presse, aller en ligne sur internet et aller en Israël, où il est un citoyen,» dit Dershowitz. « Il est un abus de pouvoir discrétionnaire que les autorités de libération conditionnelle ont dans un cas comme celui-ci. Franchement, je pense qu’une partie de la raison pour laquelle ils ne veulent pas qu’il aille en Israël est qu’ils ne veulent pas qu’il soit un héros là ou influencer la politique israélienne avec ses vues conservatrices. Cela est une décision politique, et avec lui, il a été politique tout au long  » , ill est a imaginai pluto celui qui empeche Jonathan Pollard d’aller en Israel est Bibi Pipi Nothing.yiaou est effrayer des revelations comment Israel l’a trahi aux americain.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *