JO d’hiver, Israël se devra d’être partout !

 

Dès à présent mais plus particulièrement à partir du 8 février prochain, c’est un fait connu et reconnu qu’Israël se devra d’être, côté cour et côté jardin. Israël se devra d’être partout, plus particulièrement vigilant quant à la sécurité de ses coreligionnaires, religieux, athlètes ou pas, que de tous les autres pendant les 15 jours que vont durer les jeux olympiques d’hiver.

Les JO côté cour, s’occuper plus particulièrement de tout ce qui touche au cachère et à la sécurité comme l’on verra plus loin…. Côté jardin, faire que ses athlètes encore trop peu nombreux, se sentent parfaitement à l’aise pour réussir l’exploit d’emporter une médaille et pourquoi pas celle d’or ?

Selon les dires des émissaires de Chabad-Lubavitch, Rabbi Osher et Mussy Litzman, arrivés dans le pays en 2008, environ 400 Juifs vivraient d’une façon régulière en Corée du Sud.

Chiffre nettement plus impressionnant encore, des milliers de Juifs se rendraient chaque année dans le pays en tant que touristes et/ou pour des voyages d’affaires. « Selon Chabad.org, les Litzman prévoient d’établir deux centres à Pyeongchang, où ils proposeront des repas de Shabbat à – selon leurs estimations – des milliers d’invités pendant les trois vendredis soir des jeux. Ils offriront également quelques 8 000 repas cachère préemballés pour les Juifs venus par la route.

Selon Chabad.or, des séminaires quotidiens de Torah exploreront le message juif caché derrière les sports et le sens de la compétition. Ils auront lieu au centre Chabad de Pyeongchang et dans la Jewish room du village olympique. *

« Vous avez aimé Sotchi ? Vous adorerez Pyeongchang » !

Que voilà un joli slogan pour cette ville de Corée du Sud, désignée en 2011 par le CIO comme hôte des Jeux olympiques d’hiver 2018. Un aphorisme assorti de la promesse de revenir à des jeux plus modestes (Les 2 semaines olympiques ne devant pas dépasser leur budget prévisionnel de 2 milliards d’€), après les 51 milliards dépensés alors pour, entre autres, des postes style « neige artificielle » ou celui adjugé à l’abattage de centaines de chiens errants…

Pyeongchang, fondée en 1975, sera la toute première station de sports d’hiver qui verra le jour en Corée du Sud avec une infrastructure minimaliste soit, mais qui exige tout de même un stade olympique temporaire de 50 000 places bâti à 2 km d’Alpensia et tous les restaurants et les hôtels qui vont obligatoirement de pair mais seulement la 3ème ville asiatique à accueillir les Jeux d’hiver après Sapporo, au Japon (1972) et Nagano, également au Japon (1998).

N’empêche qu’elle ambitionne le plus sérieusement du monde de devenir « la Mecque des sports d’hiver », tel annoncé par le Premier ministre sud-coréen (entendu sur CNN) et rien que cela suffit à justifier les craintes des uns et des autres, quant à la sécurité des lieux.

Voilà qui tombe à pic pour Israël qui s’impose d’ores et déjà comme un, pardon-  comme LE leader en la matière !

Une société israélienne chargée de la sécurité

En effet, conséquemment à une demande exponentielle des besoins sécuritaires des Etats, c’est bien une société israélienne, « ThetaRay », qui été choisie pour s’occuper des Jeux olympiques de 2018 et faire face à la recrudescence d’attaques terroristes malheureusement toujours prévisibles !

Fondé en 2012 sur la base de la recherche algorithmique des fondateurs Amir Averbuch de l’Université de Tel Aviv et Ronald Kofmann de Yale et basé à Jérusalem, cet organisme fournit une plate-forme et des solutions d’analyse pour une cybersécurité avancée, une efficacité opérationnelle et une détection des risques contre les menaces inconnues.

Pas de patinoire en Israël ?

Sans rapport avec ce qui précède, suggérer qu’Israël ne possède pas de patinoires pour entrainer son champion ne serait que pure calomnie ! Pour un tout petit pays dans lequel la température est beaucoup plus proche, toute l’année des 35° que des 15 & 20 °, dénombrer six patinoires dont une de dimension olympique, à Eilat, représente déjà un exploit !

Il est vrai qu’Alexei Bychenko, s’entraine actuellement loin de sa terre d’adoption, plus exactement à Hackensack, New Jersey, quatre heures par jour, six jours et demi par semaine, car bien qu’il y ait une patinoire de taille réglementaire au « Canada Centre » de Metula, elle n’a pas la capacité de permettre une cohabitation entre patineurs lambdas et sportifs de haut niveau  aux besoins bien spécifiques…

Hackensack est un emplacement de choix pour les espoirs de patinage israéliens, et c’est là que Bychenko a déménagé il y a six ans et demi. Avec ses entraîneurs, Galit Chait Moracci, médaillé de bronze du Championnat du monde de danse sur glace de 2002 (avec Sergei Sakhnovski),  Roman Serov et Nikolai Morozov.

Alexei Bychenko est né à Kiev en Ukraine soviétique le 5 février 1988.

Il commence à patiner à l’âge de cinq ans et représentera l’Ukraine jusqu’en 2009. Il apparait pour la première fois au niveau international pour Israël au Golden Spin de Zagreb en décembre 2011, une compétition qu’il gagnera en 2016, devenant ainsi le premier patineur israélien à remporter une médaille d’argent aux championnats d’Europe.

Qualifié pour le programme libre aux championnats du monde de patinage artistique d’Helsinki au mois de mars 2017, il décroché la 10e place aux championnats du monde de patinage artistique, la meilleure performance pour un patineur israélien et peut se vanter d’être encore une fois le premier Israélien à décrocher sa place à Pyeongchang.

Toujours en 2017, il avait gagné la deuxième place du concours de la Coupe du Tyrol en Autriche et remporté des médailles de bronze à la Coupe Rostelecom à Moscou et au Grand Prix ISU à Osaka.

6 patineurs israéliens en Corée du Sud

En Corée du Sud, ils seront six patineurs à porter haut et clair les couleurs bleu et blanc du drapeau de l’Etat Hébreu.

. Bychenko (dont le prénom est orthographié Oleksii et Alexey), patinera sur la chanson populaire juive « Hava Nagila » pour son programme court (2 minutes 50 secondes) et pour le long (4 minutes quarante), sur l’opéra « Pagliacci » de Ruggero Leoncavallo.

. Mais aussi Daniel Samohin, champion du monde Junior 2016 dans la compétition masculine,

. Evgeni Krasnopolski et Paige Conners épreuve catégorie classique par couple,

. Et Adel Tanakova et Ronald Zilberberg en danse sur glace.

Souhaitons à chacun une parfaite réussite de son programme.

Et en particulier à Bychenko (dont la mère vit encore à Kiev), qui préfère que petite(s) amie(s), famille, ami(e)s, personne n’assiste à sa compétition, leur présence lui mettant trop de pression.

« Je préfère qu’ils restent à la maison et prient pour moi, » conclut-il le plus sérieusement du monde, dans un grand sourire…

 

* Le Centre communautaire juif, (Communauté juive de Chabad, en Corée), est situé au 744-17 Hannam-Dong, Yongsan-Gu, Séoul 140-893, Corée; téléphone: 82-10-7-730-3770.

Bely Landerer

Bely Landerer

Avec Bely, Coolamnews vous propose un œil iconoclaste terriblement avide du monde qui l’entoure

2 pensées sur “JO d’hiver, Israël se devra d’être partout !

  • Avatar
    16 janvier 2018 à 19 h 01 min
    Permalink

    commentaire de l’Article « Abbas a maudit le président Trump: «Que ta maison soit détruite» » car impossible de le caser la-bas:
    Nous 90% de la population d’Israël a notre tour nous maudissons jour et nuit bar Abbas Ma’hmerd le Fangeux pour qu’il crève avec toute sa famille et tout son état major avant la fin du mois Juif de Chevat et que D-ieu les réincarnent tous dans une famille de cochons puants se vautrant dans une fange crasseuse du Limousin français…..et qu’Abbas lui même soit réincarné dans une truie copulant sans aucun répit avec un troupeau complet de cochons mâles de la race la plus puante qui soit au monde ! A ces delicatesses nous repondons par les notres en retour

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *