Sur Jérusalem, la réciprocité éthique avec les arabes reste une illusion

J’ai écrit un texte sur la question de Jérusalem sur COOLAMNEWS il y a quelques jours, où je m’interroge sur nos droits sur cette ville, alors qu’un philosophe pour qui j’ai une profonde admiration , Alain Finkelkraut, estime que la Paix risque d’être retardée à cause de Trump. 

Mon texte n’était pas agressif, je crois, mais réaliste par rapport aux règles que l’Islam actuel suit . Je n’ai strictement rien contre les musulmans à titre individuel, je le dis et le redis, mais je ne comprends pas qu’un texte tel que le Coran -selon son interprétation très majoritaire actuelle- soit accepté sans discussion par des gens dont je me considère comme l’ami.
Je vois par exemple une personne qui a trouvé éminemment scandaleux que je liste les problèmes de l’Islam et/ou des arabes, au regard de mon droit -qui peut les déranger- de reconnaître Jérusalem comme capitale d’Israël . Ça sous-entend donc que : je n’ai pas droit à mes convictions (sauf à raser les murs), mais je dois admettre que les siennes ne posent aucun problème.

       Quelle symétrie?

Le vrai sujet est là: j’ai une conviction simple; et j’admets ceux qui n’ont pas la même…Mais je n’admets pas ceux qui refusent mon droit à penser différemment. Ainsi, le nombre de fois (plusieurs centaines) où Jérusalem est cité me donne t-il le droit d’avancer cela comme argument? Si je n’ai pas le droit je l’accepte aussi: mon adversaire peut parfaitement dire que les textes religieux n’ont pas de place dans l’Histoire.
Mais alors, si c’est ça, prenons la symétrie: plus de dar-el-el-islam, plus de supériorité de l’islam sur les autres, plus de valeur religieuse à Al Qods et aux mosquées qui s’y trouvent, plus de Bourak et autres symboles à deux sous. Plus que l’Histoire , donc les guerres et leurs résultats. Plus de discussions sur le droit des peuples avec leurs religions…

Et les palestiniens sont hors jeu pour longtemps…C e n’est pas ma vision, évidemment, mais il serait temps de comprendre que l’hypocrisie n’a pas sa place dans ce débat. Je n’ai pas attendu FB pour avoir des amis arabes; mais ils ont toujours accepté mon droit à dire librement ce que je pense, et eux aussi, avec une double règle: le respect de nos cultures respectives ET une volonté réelle de paix .
Tout texte, même religieux qui dit la supériorité des uns est un scandale moral….

José Boublil

José Boublil

Chef d’entreprise dans les nouvelles technologies, ancien associé du cabinet Deloitte, sioniste convaincu.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *