Jeremy Corbyn nomme une députée antisémite dans le cabinet fantôme

 

Une députée du Labour britannique (travailliste), qui avait été suspendue de son parti pour des positions antisémites, a été promue au poste de ministre dans le cabinet fantôme.

Jeremy Corbyn a nommé au mois de juillet la députée Naz Shah au poste de ministre aux droits des femmes et à la Parité.

Dans les pays appliquant le système de Westminster, le cabinet fantôme (« anglais : shadow cabinet ») comprend les députés d’un parti d’opposition qui, sous la conduite du chef de leur parti, forment un cabinet alternatif à celui du gouvernement. Chaque membre du cabinet fantôme est chargé de surveiller et critiquer l’action d’un ministre du gouvernement.

Mme. Shah a été réintégrée dans son parti au mois de juillet 2016, après en avoir été suspendue par une procédure disciplinaire en raison de ses remarques réitérées contre les juifs et contre Israël.

En août 2014, avant de devenir députée parlementaire, elle a partagé un lien sur Facebook dans lequel on proposait de payer des “frais de transfert” pour évacuer les juifs du Moyen-Orient.

Elle a aussi publié un post avec un lien sur un blog qui prétendait que le sionisme était utilisé pour “motiver les juifs à exercer une pression politique aux plus hauts niveaux des postes de la fonction publique”.

Sur un autre post la même année, elle a comparé la politique d’Israël à celle d’Hitler.

Antisémite repentie ?

Suite à la publication des messages, Shah a déclaré à la BBC:” je n’étais pas antisémite, ce que j’ai publié était antisémite”. Elle a défini les articles “blessants et insupportables”.

Elle a déclaré reconnaître ” à quel point je suis stupide et que je ne comprends pas ces choses”, et elle s’est excusée pour les publications. “La vérité est que certaines des choses que je sais aujourd’hui, ne m’étaient pas connues alors”, a-t-elle dit. “Le langage que j’ai utilisé était antisémite, c’était blessant”.

Mme Shah a été suspendue du Comité interne de la Chambre des représentants, puis réintégrée par le parti et s’est engagée à regagner la confiance de la communauté juive.

A son retour, le porte-parole du comité des représentants a déclaré:” parmi toutes les personnes qui ont été suspendues par le parti du Labour en raison d’actes antisémites, Naz Shah se démarque comme une personne qui est prête à présenter ses excuses à la communauté juive au niveau local et national, et à faire des efforts pour apprendre de ses erreurs. “Pour cette raison, son retour est approprié”.

SOURCE: CFCA

3 pensées sur “Jeremy Corbyn nomme une députée antisémite dans le cabinet fantôme

  • 30 août 2018 à 2:24
    Permalink

    Ce pays rejoint la france dans son hostilite a Israel et aux Juifs !

    Répondre
    • 6 septembre 2018 à 3:56
      Permalink

      @Jg : celles et ceux des français (et des anglais) qui m’honorent de leur amitié ne me semblent pas être… « hostiles à Israël et aux Juifs ». Et si dans une situation de provocation antisémite qui n’eût pas même été concevable sous Vichy je n’ai pu qu’être frappé de l’automatisme avec lequel le faux, la fraude, le mensonge et le déni de Droit auront relevé du réflexe pavlovien pour les « bons-français » (espèce encore bien représentée hélas du côté de la magistrature et de la haute fonction publique) : à aucun moment ne m’est jamais venu à l’idée de procéder à généralisation sur « les français »

      – copie de ce commentaire à DILCRAH

      Répondre
  • 6 septembre 2018 à 6:21
    Permalink

    (@Jg, suite) c’est d’abord moralement bien sûr que la généralisation est inacceptable mais c’est historiquement aussi, et si on considère la réalité non comparable à toute autre que fut l’entreprise d’extermination nazie, qu’elle ne peut qu’amener à des conclusions erronées : le « pourcentage de juifs survivants », est permis de ce livrer à cette macabre comptabilité, permet de se faire une idée à peu près fidèle du soutien sur lesquels les juifs pouvaient compter dans chaque pays. Ce pourcentage fut infime en Pologne et en Hongrie ; il fut élevé en Italie (bien que les nazis n’aient eu a priori qu’à « ramasser » une communauté déjà très infirmisée par les lois dites raciales de 1938) ; et il fut intermédiaire, dans le cas de la France

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *