J’ai parlé aux Juifs d’Ouganda. Par Sivan Rahav Méïr

Une telle réunion “zoom”, je n’en ai pas encore eue. Une conférence pour la communauté juive en Ouganda en Afrique. Environ 60 Juifs y vivent. La plupart d’entre eux sont des Israéliens, avec des parcours de vie différents et propres à chacun qui les ont amenés là-bas.

Lorsque j’ai demandé à Yoheved et à Moché Raskin, les envoyés de Habad en Ouganda, quelles sont les caractéristiques de la communauté, ils m’ont dit qu’il fallait avant tout créer une communauté. C’est-à-dire un sentiment d’appartenance et de solidarité mutuelle. Au cours de cette conférence, je leur ai raconté l’histoire qui suit concernant l’importance que chacun a, particulièrement dans de petites communautés:

Dans une petite ville en Europe, vivaient seulement dix familles et, en leur sein, dix hommes en tout et pour tout. Chaque jour, tous venaient pour prier ensemble en minyan. Même lorsque cela nécessitait un effort. Chacun avait le sentiment que tout dépendait de lui, car s’il ne venait pas, la prière collective ne pourrait avoir lieu (car elle nécessite un minyan, la présence de dix hommes au moins).

Nous sommes le dixième

Un jour se produisit un événement marquant: une nouvelle famille juive s’installa dans cette petite ville. Et qu’advint-il le lendemain matin? Pour la première fois, il n’y eut pas minyan lors de la prière. Chacun s’était senti moins responsable et s’était tout simplement dégagé de cette mission, pensant que quelqu’un d’autre viendrait compléter le quorum de dix personnes.

Il n’y a pas de substitut au fait de se sentir responsable et concerné, en sachant que chaque petite chose que tu fais a une influence et est importante. Dans de petites communautés, on le ressent beaucoup, mais plaise au ciel que nous soyons tous mus par le sentiment que nous sommes «le dixième pour le minyan».

Sivan Rahav Meir est une journaliste de renom au sein de la 12e chaîne de télévision israélienne. Chaque jour, elle offre un petit enseignement de Torah qui est diffusé un peu partout dans le monde dans une dizaine de langues.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *