Pour une fois, israéliens et palestiniens…ensemble

 

Une info plus que productive ! Et c’est ce que l’on souhaite également à cette initiative israélienne rendue possible avec la collaboration d’agriculteurs venus des Territoires de Judée Samarie, des régions de Hébron, Qalqiliya, Tubas et Jénine, pour se perfectionner à la culture de l’avocat qu’ils produisent déjà sur leurs terres.

Un groupe d’agronomes et d’ingénieurs agricoles venus des Territoires, composé à 40% de femmes, se sont rendus à l’Institut international de gestion de la Galilée (GIMI) à Nahalal, dans le nord d’Israël afin de parfaire leurs connaissances et leurs techniques quant à la culture de l’avocat. Un fruit délibérément choisi compte tenu des succès qu’il remporte sur le marché mondial, la demande se faisant toujours plus croissante pour cette opulente baie que certains aiment à nommer « or vert ». Quand l’avocat réconcilie israéliens et arabes

Au cours de ces journées, les participants ont pu visiter des plantations situées dans le nord du pays à la rencontre des agriculteurs israéliens. Ils ont exprimé le souhait de pousser leurs exportations d’avocats au-delà des pays arabes qu’ils touchent déjà pour atteindre l’Europe, sachant que les exportations israéliennes ont atteints le seuil des 100 000 tonnes ces dernières années, soit près d’un tiers du marché de l’avocat en hiver à l’intérieur des seules frontières de l’Union européenne.

Qui finance ?

Lors de ce programme, le professeur Yaïr Hirshfeld, l’un des initiateurs des Accords de paix d’Oslo, a pris la parole pour préciser les possibilités de coopération agricole et leurs implications en faveur du processus de paix entre l’État hébreu et les populations résidents dans les Territoires.

Ce programme a bénéficié de plusieurs sources de financement, notamment du Département du processus de paix au Moyen-Orient au sein du ministère israélien des Affaires étrangères, en coopération avec le « Galilee International Management Institute » et avec l’Union européenne par l’intermédiaire de la Fondation de la coopération économique.

 

Katja Epelbaum

Katja Epelbaum

Diplômée de la Sorbonne en Science politique et en Histoire, j’ai toujours su que je m’épanouirais professionnellement dans l’écriture. Depuis l’Alya, Katja collabore avec le journal Hamodia et Le Mag, et poursuit différents projets d’écriture.

Une pensée sur “Pour une fois, israéliens et palestiniens…ensemble

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *