Une israélienne élaborera la stratégie d’avenir du CERN

Le Prof. Halina Abramowitz de la Faculté des Sciences exactes de l’Université de Tel-Aviv a été élue à l’unanimité à la tête de la commission pour la mise à jour de la stratégie européenne de la physique des particules, chargée d’élaborer la politique d’avenir du Conseil européen pour la recherche nucléaire (CERN), le plus grand centre de physique des particules du monde, situé à Genève.

« Il s’agit d’une reconnaissance globale, à la fois des capacités personnelles du Prof. Abramowicz et de l’ensemble des scientifiques israéliens », a déclaré le Ministre israélien de la Science, Ophir Akunis. C’est une preuve supplémentaire de notre capacité à atteindre les sommets les plus élevés, et un honneur pour nous tous. Je suis certain que le Prof. Abramowicz nous représentera avec beaucoup de fierté ».

Le Prof. Halina Abramowicz est spécialisée dans la physique des particules et participe actuellement à la mission Atlas, du nom de l’un des deux détecteurs du collisionneur, qui étudient des domaines allant de la recherche du boson de Higgs aux dimensions supplémentaires de l’espace-temps, en passant par l’étude des particules qui pourraient former la matière noire.

En 2015, elle a été élu présidente du Comité européen pour les futurs accélérateurs, dans le cadre duquel elle conseille le CERN sur le fonctionnement de la communauté de physique des particules en Europe. Dans ses nouvelles fonctions, elle développera un programme de travail basé sur la collecte d’informations et de ressources de la communauté de physique des particules en Europe, et conduira une stratégie qui prendra en compte les ressources disponibles et l’infrastructure existante, en collaboration avec des scientifiques chevronnés dans le domaine.

Je ne m’attendais pas du tout à être élue

« Israël étant un petit pays, et comme il s’agit d’un rôle très politique, je ne m’attendais pas du tout à être élue », explique le Prof. Abramowicz. « L’impact du secrétaire à la stratégie est très important, c’est la personne qui dirige les débats et la collecte de l’information, et c’est elle qui donne le ton dans les discussions. Il est réjouissant de voir qu’au niveau culturel et scientifique, Israël est considéré comme un pays occidental ».

Israël a été accepté comme membre à part entière de l’organisation du CERN en 2013, seul pays non européen au monde à avoir obtenu ce statut. Au-delà du prestige scientifique que procure l’adhésion à l’organisation, cette affiliation comme membre à part entière lui permet de participer aux appels d’offres liés à l’accélérateur de particules, d’être représenté dans la direction de l’organisation, de présenter des demandes de bourses pour les étudiants israéliens, et bien sûr, de faire entrer des scientifiques israéliens dans les divers groupes de recherche de l’accélérateur.

L’organisation emploie actuellement une quarantaine de scientifiques israéliens, qui partagent leur temps entre leur travail dans les universités en Israël et la recherche en Suisse.

SOURCE: Site des Amis français de l’Université de Tel-Aviv

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *