Israël transmet son savoir sur la prise en charge du stress post-traumatique

A toute chose malheur est bon dit un proverbe ! A Israël de positiver ! Pour aider son prochain à sortir de l’enfer, rien ne vaut une complète expérimentation de toutes les formes d’agressions possibles. Dans ce domaine on peut dire qu’Israël sait de quoi il retourne !

Le stress post-traumatique, comment le gérer ? Ainsi, en particulier pendant et après le passage dévastateur de l’ouragan Harvey a-t-il pu participer au secours des habitants de Houston, (Texas) alors que les sauveteurs américains, insuffisamment formés, se sentaient impuissants, voire coupables de ne pouvoir répondre aux attentes des personnes sinistrées, et plus encore incapables de contrôler leurs propres réactions

L’Etat hébreu a déjà été la cible de suffisamment d’attentats, de prises d’otages, « d’accidents-délibérés » pour enseigner comment les victimes doivent être prises en charge afin d’éviter de subir les retombées douloureuses du stress post-traumatique, (TSPT).

« L’état de stress post-traumatique, explique Samuel Lemitre, est un syndrome clinique susceptible de se développer lorsqu’une personne a été confrontée à un risque majeur pour sa sécurité, mise face à l’imminence de sa mort ou témoin de celle d’un tiers. La rencontre avec cette mort potentielle va générer l’effondrement du fantasme d’immortalité, qui permet de vivre sans éprouver continuellement la peur de mourir. Le symptôme central est la reviviscence qui se manifeste par des flashbacks ou des rêves traumatiques dans lesquels le sujet a le sentiment de revivre l’évènement.

Agir vite auprès des victimes

Lors des réactivations traumatiques, la mémoire du corps génère un réveil émotionnel et physiologique identique à celui éprouvé lors de l’évènement. La victime va être alors terrifiée en permanence par la replongée incessante dans cet état de terreur. Si rien n’est fait pour l’aider, rapidement un effondrement dépressif peut s’installer face à ce sentiment continu de danger, cette impression que l’insouciance de la vie n’existe plus ».

Des sessions de formation ont été organisées par la directrice de l’ITC, Talia Levanon un peu partout dans le monde suite à des catastrophes naturelles ou humaines tandis que Reuven Rogel et Dalia Sivan de « l’Israël Trauma Coalition » eux se sont occupés de former les professionnels de Houston aux techniques de résilience et d’adaptation aux traumatismes.

« Parce que notre pays a connu beaucoup de crises, nous avons appris que si nous faisions une intervention immédiate, il y aurait de meilleures chances que les gens ne tombent pas dans le TSPT », explique Dalia Sivan.

Celle-ci dirige un secteur d’Amcha, un centre national israélien spécialisé dans le traitement psychosocial des survivants de la Shoah et de leurs familles.

Entre mille autres recherches.

Entre mille et une douleurs à soulager…

Bely Landerer

Bely Landerer

Avec Bely, Coolamnews vous propose un œil iconoclaste terriblement avide du monde qui l’entoure

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *