Israël, sur la piste de l’écotourisme

Chemin de grande randonnée du National Trail, ouverture des kibboutzim pour « renouer avec la nature et retrouver le plaisir d’une convivialité oubliée »… Israël se rêve en destination verte.

Envoyée spéciale à Tel-Aviv

C’est une montagne composée de 25 millions de tonnes d’ordures ménagères qui porte le nom de Hiriya, au sud-est deTel-Aviv. C’est un jardin extraordinaire, planté d’essences odorantes, dont on oublierait presque qu’il est composé de déchets, s’il n’y avait quelques lambeaux sortant du flanc de la montagne «pour que les gens se souviennent», explique Joanna Maissel, guide du parc Ariel Sharon.

«C’est l’une des sept merveilles du recyclage du monde!», s’enthousiasme-t-elle. Il a ouvert il y a deux ans. À l’intérieur, un court-métrage d’animation raconte l’incroyable réhabilitation de ce dépotoir en jardin de promenade.

De 1952 à 1998, 3000 tonnes d’ordures y furent chaque jour déversées, soit la moitié de la consommation quotidienne des ménages du pays (l’autre moitié partant pour le Néguev). À deux doigts de la catastrophe écologique, ce n’est pas pour cette raison que le premier ministre, Ariel Sharon, ordonna de fermer la montagne et de la transformer, mais parce que des millions d’oiseaux affluaient sur la décharge, mettant en péril les avions de ligne de l’aéroport Ben Gourion tout proche.

Lire la suite sur jforum.fr