Israël : pas de renseignements sur l’EI s’ils tombent entre les mains des Turcs ou des Iraniens

Selon le site Debkafile, « il semble que l’Etat d’Israël a retenu promptement la leçon qu’elle a reçue hier : à peine livrées aux Etats-Unis, les informations qui leur avaient été livrées sur l’Etat islamique sont tombées entre les mains des Turcs et des Qataris. »

Un diplomate occidental anonyme a confié à Reuters, lundi 8 septembre « qu’Israël aurait fourni des images satellite et d’autres types de renseignements pour soutenir la campagne de frappes aériennes menée par les Etats-Unis contre l’Etat Islamique en Irak ». Il a ajouté « qu’il fallait auparavant retirer les preuves de ses origines israéliennes, parce que ces informations sont destinées à être partagées avec des alliés arabes et turcs. »

Debkafile révèle « que ces artifices font partie d’un jeu plus subtile des Israéliens. Bien qu’Israël soit désireuse de partager des renseignements sur Al-Qaïda et l’EI avec les Etats-Unis, elle n’est pas prête à transmettre de l’imagerie satellite, ni aucune autre forme de renseignements, en sachant qu’ils finiraient entre les mains de la Turquie et probablement aussi de l’Iran. L’imagerie satellite est trop sensible pour faire cadeau ses secrets à des pays ennemis, comme le trajet du satellite, ses capacités, ses capteurs, le type de résolution et les angles de balayage de ses caméras. Israël refuse absolument que des fuites aient lieu car cette absence de vigilance risquerait de lui coûter un prix élevé. »

« Surveiller les candidats à l’islamisme fait aussi partie de la mission. »

Le diplomate occidental poursuit en émettant l’idée qu’Israël récolterait des bases de données internationales sur les citoyens occidentaux soupçonnés de rejoindre les rangs de l’Etat Islamique… » Il commente admiratif : « Les Israéliens sont très bons sur les données des passagers et l’analyse des réseaux sociaux en Arabe, ce qui permet de se faire une bien meilleure idée pour savoir qui sont ces gens », dit-il.

« Le combat d’Israël, c’est d’obliger les Etats arabes à suivre la coalition. »

« Le Secrétaire d’Etat John Kerry doit atterrir au Moyen-Orient, pour rallier à sa coalition dirigée par les Etats-Unis des partenaires arabes, particulièrement l’Arabie Saoudite et les Emirats, mais aussi l’Egypte et la Jordanie. Il sait pertinemment qu’il va endurer des moments difficiles, car les Etats arabes sont remontés contre Obama. Dimanche 7 septembre, la réunion des Ministres des affaires étrangères arabes au Caire a décidé de ne pas coordonner ses actions visant à combattre les groupes extrémistes, dont Al Qaïda et l’Etat Islamique avec les Etats-Unis, mais plutôt de poursuivre leur « propre stratégie nationale et régionale contre le terrorisme. La mission d’Israël sera de les convaincre, par la qualité de ses informations, de rejoindre la coalition.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *