Israël le sait. Très peu de gens vont voir ces films low-cost pro-palestiniens.

 

Israelvalley a repéré une perle. Un article provenant d’un site qui présente la vie de manière décalée. L’article ci-dessous se moque de ses films engagés « chiants à mourir ». C’est exactement le cas de ses films militants pro-palestiniens qui sont annoncés avec grand fracas… mais que personne ne verra jamais.Les réalisateurs de films (chiants!) liés à la cause palestinienne sont des experts… en salle vides!

Selon (1) : « C’est l’histoire d’un petit paysan transgenre au chômage qui lutte contre le cancer. L’aurez-vous constaté aussi ? Actuellement se multiplient les films qui défendent une « cause ». Une noble cause. De véritables petits brûlots qui alertent et dénoncent, et censés nous ouvrir les yeux sur un sujet difficile de la « vraie vie ». Ces productions ont pour points communs d’avoir des budgets maquillage et stylisme très bas, puisque tout  le monde y porte du Celio et les cheveux sales, « pour faire vrai ». C’est l’enfer.

Alors niveau sujets, ça tape large. Comme l’actu, dont ils s’inspirent. Ça peut aller des droits des gays au chômage, en passant par les migrants, la place des femmes, le handicap, les jeunes de banlieue, le monde rural délaissé, ou tout autre phénomène sociétal, tant qu’il est lourd et anxiogène.

Très peu de gens vont les voir, ces films. Mais ça, ce n’est pas très grave. Auto-gavé de subventions en tous genres, le cinéma français n’a pas toujours besoin du public pour exister. Tu découvres ainsi parfois que certains mecs ont réussi à se faire produire sept longs métrages dont tu n’as jamais entendu parler, alors qu’ils n’ont jamais dépassé les cinquante mille entrées. Étonnant.Lire la suite sur israelvalley.com