Israël: La Liste arabe unie se déchire

Les désaccords politiques entre les membres de l’alliance comprenant les partis arabes ou majoritairement arabes Balad, Ra’am-Ta’al et Hadash pourraient finir par prendre le dessus.

Les conflits internes qui affligent la Liste arabe commune pourraient bientôt signifier la fin de la route pour la faction, a rapporté « Kan 11 News », la chaine d’Etat israélienne ce weekend. Formée avant les élections de 2015, l’alliance composée des partis arabes ou majoritairement arabes Balad, Ra’am-Ta’al et Hadash détient actuellement 15 sièges à la Knesset.

La Liste arabe commune est en proie aux désaccords internes entre ses membres. Ilsi semblent avoir du mal à trouver un équilibre entre les politiques vantées par chacun des partis qui la composent. Selon la chaine Kan, la dernière dispute est centrée sur le récent vote sur un projet de loi interdisant la thérapie de conversion des homosexuels, qui a été adopté lors d’une lecture préliminaire à la Knesset la semaine dernière.

Selon le rapport, le président de la Liste arabe unie, Ayman Odeh, qui dirige le parti Hadash, a voté en faveur de la loi, une décision qui a apparemment contrarié le chef de Raam, Mansour Abbas.

Abbas a déclaré plus tard que « l’existence de la Liste commune dépend du comportement de ses membres dans un proche avenir », ajoutant que la base conservatrice de l’union n’accepte pas la position Ayman Odeh.

Les orthodoxes aussi…

Les droits des homosexuels sont un tabou majeur dans le monde arabe, qui considère toujours l’homosexualité comme un péché, une maladie et une perversion. Le projet de loi a été présenté par le chef du Meretz Nitzan Horowitz. Il a été adopté par 42 voix contre 36.

Les deux ministres (appartenant à la communauté LGBT), l’élu Likoud Amir Ohana et le travailliste Itzik Shmuli, ont soutenu la loi. Mais le vote au sein de la coalition s’est éparpillé. Kakhol lavan et les Travaillistes ont voté en sa faveur et les partis orthodoxes s’y sont opposés.

Le judaïsme unifié de la Torah est même allé jusqu’à déclarer qu’à la suite du vote, il se considérait «libre de toute politique de coalition» lors des votes futurs. Quant à la Liste arabe unie, plusieurs ténors ont déclaré qu’ils ne se sentaient plus représentés par Ayman Odeh.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *