Israël devient terre d’accueil pour oiseaux migrateurs

Israël, champion de la biodiversité, nouvelle terre d’accueil pour oiseaux migrateurs.

Israël pays du paradoxe à plus d’un titre confirme ce trait en particulier dans tout ce qui touche à la nature….et donc aux oiseaux migrateurs Ainsi, après avoir passé des lustres à s’acharner à rendre une terre saine là où tout pourrissait dans des zones de marécages insalubres et le payer très cher en vies humaines, ce tout petit pays n’hésite pas à en recréer de nouveaux !

Un exemple significatif : Après un assainissement commencé en 1936, terminé en 1958, située dans la partie Nord de la vallée du Jourdain, le rétablissement d’une partie des zones marécageuses du lac de Houla a permis non seulement le retour, mais un développement exceptionnel parfaitement maîtrisé de la faune en général, spécifique aux marécages en particulier et bien d’autres volatiles parmi les 100 espèces les plus menacées du monde …

La multiplication d’arbres, l’installation de nids adaptés aux espèces d’oiseaux qu’Israël souhaite voir se développer, la multiplication de pièces d’eaux peu profondes aux végétations aquatiques luxuriantes, tout cela a permis une biodiversité de qualité, appréciée à sa juste valeur.

Israël a la chance inespérée de se trouver aux confins de trois continents 

L’Europe, l’Afrique et l’Asie constituent une des voies royales majeures pour la migration des oiseaux. On estime à un demi-milliard le nombre d’oiseaux qui transitent par Israël pendant la période de migration printanière, (.dont certaines espèces font le choix d’y rester nicher !).

Et de pouvoir déclarer avec fierté que chaque année sont ainsi accueillis 17 espèces d’oiseaux migrateurs au km2, soit 8 fois plus qu’en Angleterre et 40 fois plus qu’en Egypte !

Ceci-dit, là encore rien de gratuit !  Question de vie ou de mort, les marécages n’étant pas tout à fait assez nombreux, il faut nourrir ces oiseaux de passage si l’on veut les voir revenir ! Et l’on parle pour ce faire de 6 tonnes de maïs et 10 tonnes /jour de poissons apportés dans des réserves appropriées.

Que voilà un joli résultat si ce n’est qu’il était tout à fait prévisible ! Mais si, mais si : Il y a déjà bien longtemps que l’on peut lire dans la bible que dieu aurait donné la terre aux hommes pour la traiter et la conserver et, cerise sur un gâteau magnifique, que les hébreux modernes sauraient comment faire « refleurir le désert » sans baguette magique, juste avec beaucoup, beaucoup de travail !

Bely Landerer

Bely Landerer

Avec Bely, Coolamnews vous propose un œil iconoclaste terriblement avide du monde qui l’entoure

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *