Israël découvre la fontaine de jouvence qui augmente l’espérance de vie des souris

Une surexpression de SIRT6 augmente la longévité des souris modifiées et leur permet de rester vigoureuses sans devenir fragiles.

L’espérance de vie a augmenté de 30% en moyenne chez les souris mâles et femelles conçues pour avoir des niveaux élevés d’une protéine appelée SIRT6, a rapporté une équipe de scientifiques internationaux dans la revue Nature Communications .

Les souris étaient également mieux à même de surmonter les maladies liées à l’âge telles que le cancer et les troubles sanguins. En outre, elles sont restées vigoureuses en vieillissant plutôt que de devenir fragiles.

L’étude a été dirigée par le professeur Haim Cohen , directeur du Sagol Healthy Human Longevity Center de l’Université Bar-Ilan en Israël. Les recherches de Cohen se concentrent depuis longtemps sur la façon dont SIRT6 est impliquée dans la régulation des processus biologiques tels que le vieillissement, l’obésité et la résistance à l’insuline.

Comme une sorte de « fontaine de jouvence »

L’équipe a utilisé des méthodes biochimiques et des analyses métaboliques pour découvrir le mécanisme par lequel SIRT6 agit comme une sorte de « fontaine de jouvence ».

Alors que les animaux plus âgés subissent généralement une baisse d’énergie, le corps des souris avec SIRT6 supplémentaire a décomposé les graisses et l’acide lactique pour créer du sucre utilisé pour l’énergie dans leurs muscles et leur cerveau.

« Cette découverte, combinée à nos résultats précédents, montre que SIRT6 contrôle le taux de vieillissement en bonne santé », a déclaré Cohen. « Si nous pouvons déterminer comment l’activer chez l’homme, nous pourrons prolonger la vie. Cela pourrait avoir d’énormes implications sanitaires et économiques. »

Cohen a réalisé l’étude avec son doctorant Asael Roichman ; le professeur Eyal Gottlieb du Technion-Israel Institute of Technology, le professeur Rafael de Cabo du National Institute on Aging des US National Institutes of Health et le professeur Manuel Serrani de l’Institut de recherche en biomédecine de Barcelone.

SOURCE: Israel21c

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *