Israël Corona : Avis aux parents surmenés. Par Sivan Rahav Méir

Nous sommes surchargés. C’est un des problèmes de notre génération, particulièrement en temps de corona. La plupart des parents en Israël sont en ce moment « chefs » dans une société de catering à domicile, techniciens du zoom, chefs de l’équipe d’entretien, secrétaires de l’école familiale et, parallèlement, essayent aussi de travailler. Texte de la journaliste Sivan Rahav Méir

Dans la section hebdomadaire, Yitro met en lumière une surcharge de travail chez notre maître Moise: « Du matin au soir, le peuple se présentait devant Moise. » Yitro réagit avec véhémence: « Que signifie ta façon d’agir avec ce peuple? Pourquoi sièges-tu seul et tout le peuple stationne-t-il autour de toi du matin au soir?… Le procédé que tu emploies n’est pas bon. Tu succomberas certainement et toi-même et ce peuple qui t’entoure, car la tâche est trop lourde pour toi, tu ne saurais l’accomplir seul » (Exode XVIII, 13ss, traduction du Grand-Rabbinat français).

Ce sont des paroles percutantes: si cela continue ainsi, tant Moise notre Maître que le peuple succomberont.Yitro expose pour la première fois le principe de la délégation des pouvoirs. Il propose à Moise de choisir des dirigeants de milliers, des dirigeants de centaines, des dirigeants de cinquantaines et des dirigeants de dizaines.

Faire tout…tout seul ?

Chacun assumera la responsabilité sur une partie du peuple et seules les questions importantes parviendront jusqu’à Moise notre Maître. De cette manière tout le peule se sentira davantage investi et impliqué et des personnes supplémentaires recevront un rôle de dirigeant. C’est ce que fait Moise et tout rentre dans l’ordre.

Il est impossible de tout faire seul. Même notre Maître Moise ne le peut pas. Il n’y a pas de honte à demander de l’aide dans la situation actuelle et de transmettre des responsabilités aux enfants, aux amis et à des intervenants de l’extérieur. Il est presque indispensable de repousser à plus tard pour l’instant des tâches non urgentes et de prêter attention à ce qui pompe nos forces et à ce qui est adéquat actuellement. Ne succombons pas, à D. ne plaise, et ce en aucun cas.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *