Comment Israël a évité une famine en Ethiopie

Il y a quelques décennies, la gente humaine qui n’hésite pas une seconde à se prendre, plus souvent qu’à son tour pour D. lui-même, avait introduit dans le nord de l’Ethiopie le puceron de la cochenille (Dactylopius coccus), comme source principale du colorant rouge naturel.

Le projet a été abandonné en Ethiopie, mais l’insecte mangeur de cactus, lui, s’est répandu comme la peste.

Et de commencer à semer ( ! ) la destruction parmi les figues de Barbarie du pays. En se nourrissant du jus des cactus, les pucerons leur ont causé des dommages irréparables, privant ainsi les chameaux et autres animaux domestiques de la région du Tigré d’une importante source de pâturage, faisant le lit à l’une des plus effroyables famines causant la mort de plusieurs milliers de personnes.

Le figuier de Barbarie était un élément important de la nutrition locale, et pendant les périodes de sécheresse, ce cactus fonctionnait comme le « fond du baril » pour les êtres humains et le bétail. À ce moment-là, les gens mangeaient le fruit de la figue de barbarie, tandis que les animaux se nourrissaient de la chair de la plante. À mesure que le cactus se régénérait, il pouvait continuer à fournir de la nourriture en période de grave pénurie.

La délégation du KKL débarque en Ethiopie

De Charybde en Scylla ce verrou de sécurité ayant sauté, une division reboisement du KKL-JNF experte en la matière s’est engagée dans la bataille avec la force de l’expérience, (une épidémie ayant eu lieu en Israël dernièrement dont la variété était d’ailleurs beaucoup plus agressive que celle d’Ethiopie ) .

Coordonnés par les docteurs Kiros Meles et Omer Golan, nos experts sont arrivés les poches pleines de 600 coléoptères sauvages, les « Cryptolaemus montrouzieri », heureux parents de la gentille coccinelle appelée en anglais « destructrice de cochenille ».

Produit antiparasitaire biologique, ces coléoptères ont été collectés dans la région d’Acco et de Galilée occidentale avant d’être envoyés en mission en Ethiopie.

Mission accomplie !

Et de permettre à Omer Golan de conclure avec la plus grande sagesse :

« Je suis fier que nous puissions mettre notre expérience à la disposition d’autres pays et je considère toutes les collaborations de ce genre comme une merveilleuse opportunité de partager la connaissance spécifique de chacun ».

Bely Landerer

Bely Landerer

Avec Bely, Coolamnews vous propose un œil iconoclaste terriblement avide du monde qui l’entoure

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *