Il rêve de devenir le premier rabbin en Arabie saoudite

RIYAD, Arabie saoudite – Avec son chapeau à large bord et son long manteau noir, Jacob Herzog n’est pas passé inaperçu lors de son premier voyage en Arabie saoudite le mois dernier.

Deviendra-t-il le premier rabbin d’Arabie saoudite ? Les habitants l’ont arrêté pour le photographier lorsqu’il se promenait ou qu’il achetait des robes arabes traditionnelles. Dans un café branché, où la jeune serveuse saoudienne l’a surpris en lui adressant un « Shalom », il a siroté de petites tasses de café parfumé à la cardamome. Il a aussi mangé des dattes collantes – un fruit largement répandu dans le pays.

M. Herzog a conclu que ce séjour était une étape utile dans sa tentative de devenir le premier rabbin du royaume musulman conservateur. « Vous devez faire un acte de foi. Ensuite vous devez voir quelles sont les réactions », explique-t-il.

Dans le rêve de M. Herzog, le prince héritier Mohammed bin Salman, dirigeant de facto de l’Arabie saoudite, lui donne le feu vert pour travailler ici et l’aide à financer pléthore de centres communautaires juifs, dont des synagogues, des écoles et un bain rituel. « J’ai bien conscience que, pour le royaume, ce serait un changement considérable », reconnaît M. Herzog.

Quid de la population juive au royaume saoudien ?

La pratique de toute autre religion que l’islam n’est pas autorisée en Arabie saoudite. Les rites chrétiens, longtemps organisés en secret, sont désormais tolérés par les autorités. Mais il n’existe nulle trace d’offices juifs.

Essentiellement composée d’expatriés, la population juive actuelle est estimée à quelques centaines ou milliers de personnes en Arabie saoudite

L’ambassade saoudienne à Washington a confirmé que M. Herzog était entré dans le royaume en tant que touriste américain. « Bien que l’Arabie saoudite encourage depuis longtemps le dialogue interconfessionnel et que nos dirigeants aient rencontré de nombreux leaders de différentes confessions pour faire avancer cet effort, la visite de M. Herzog dans le royaume ne s’inscrit pas dans ce contexte », a indiqué un responsable.

SOURCE : L’Opinion

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.