Horreur terroriste à Nice : 84 morts et 100 blessés (mise à jour)

Sur la Promenade des Anglais, la foule qui assistait au traditionnel feu d’artifice du 14 juillet commençait à quitter les lieux quand un camion blanc s’est élancé sur elle, traînant les corps sur des centaines de mètres. Sur place, les témoins décrivent des scènes d’horreurs, des corps maculés de sang. L’hôtel Négresco a été transformé en hôpital de campagne. Selon un bilan établi en début de matinée, 84 personnes ont été tuées, et sur les cent blessés, au moins 18 personnes étaient toujours en urgence.

D’après les témoignages des envoyés du Parisien, le camion a parcouru une distance de 2 km, a indiqué le parquet vers 0h40. Cet acte criminel (la préfecture avait évoqué auparavant un attentat, terme sur lequel est revenu le président Hollande) a fait plusieurs dizaines, peut-être une trentaine de morts, avait déclaré auparavant le sous-préfet des Alpes-Maritimes, Sébastien Humbert sur BFMTV. Christian Estrosi, l’ancien maire de Nice et président LR de la région PACA, avait évoqué sur Twitter des dizaines de morts.

La section du parquet de Paris s’est saisie de l’enquête. Aucune information sur les motivations de cette attaque terroriste n’est disponible dans l’immédiat. Ce nouvel attentat perpétré en pleines festivités du 14 juillet intervient dans un contexte de menace terroriste très élevée en France. Il est a priori le plus important commis en Europe depuis les attentats qui ont fait 130 morts le 13 novembre 2015 à Paris et 32 morts le 22 mars 2016 à Bruxelles, commis par la même cellule liée au groupe djihadiste Etat islamique.

Qui est le chauffeur abattu par la police ? Il s’agirait d’un Français d’origine tunisienne de 31 ans. Le camion qu’il conduisait « a foncé sur la foule sur une longue distance, d’environ 2 km le long de la Promenade (des Anglais), ce qui explique ce bilan extrêmement lourd, » a précisé le sous-préfet. Et de poursuivre : « Il y a eu des coups de feu et le chauffeur a été abattu. » Selon Christian Estrosi, le chauffeur a également fait usage d’une arme à feu. Des papiers d’identité retrouvés dans le camion permettent d’identifier un Français d’origine tunisienne. De son côté, l’AFP parle d’un Franco-Tunisien. L’homme en question serait Niçois.

Panique. C’était le chaos absolu dans ces lieux situés au cœur touristique de la grande ville de la Côte d’Azur, explique un journaliste de l’AFP « Les gens couraient, c’était la panique. Il est monté sur la Promenade et il a foncé sur tout le monde, » explique un journaliste de Nice Matin. « Il y a du monde en sang, sans doute plein de blessés. » Des propos confirmés par des images circulant sur les réseaux sociaux. Un témoin raconte : « J’ai entendu des coups de feu, tout le monde s’est mis à courir»

Dans la nuit, peu avant 4 heures du matin, le président de la République a fait une allocution télévisée, dénonçant « cette attaque d’une violence absolue dont le caractère terroriste ne peut être nié. »

Le bilan et les décisions sont tombés comme des couperets :

  • Des enfants parmi les 84 morts.
  • L’état d’urgence prolongé de trois mois au-delà du 26 juillet.
  • La réserve opérationnelle va être mobilisée.
  • Les actions en Irak et en Syrie vont être renforcées.
  • Toute la France est sous la menace terroriste.

Les autorités recommandent à chacun de rester chez soi ou de se mettre à l’abri. Un important dispositif de sécurité a été délimité dans le centre de Nice, où de nombreuses ambulances, des membres des forces de l’ordre et des militaires se sont déployés. A proximité de la Promenade des Anglais totalement bouclée, la place Masséna , en plein centre de la ville, était elle aussi complètement inaccessible jeudi peu avant minuit. Un PC sécurité a été installé dans le Palais de la Méditerranée mais il était lui aussi totalement bouclé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *