Herzl relate son entretien avec Pie X : Incompréhension totale

Entretien avec le Pape Saint Pie X rapporté par Théodore Herzl, père du sionisme, dans son journal le 25 janvier 1904 :

Je fus conduit chez le Pape Pie X en passant par un grand nombre de petits salons. Il me reçut debout et me tendit la main, que je ne baisai pas (…).

Je lui soumis brièvement mon affaire. Il répondit sur un ton sévère et catégorique (…) :

« Nous ne pouvons pas soutenir ce mouvement [sioniste]. Nous ne pourrons pas empêcher les juifs d’aller à Jérusalem, mais nous ne pouvons en aucun cas soutenir cela. Même si elle n’a pas toujours été sainte, la terre de Jérusalem a été sanctifiée par la vie de Jésus-Christ. En tant que chef de l’Eglise, je ne peux vous dire autre chose. Les juifs n’ont pas reconnu notre Seigneur, c’est pourquoi nous ne pouvons pas reconnaître le peuple juif. » (…)

Et voilà, pensai-je, le vieux conflit qui recommence entre Rome et Jérusalem ; lui représente Rome, moi Jérusalem. (…)

« – Mais que dites-vous, Saint-Père, de la situation actuelle ? demandai-je.

– Je sais bien qu’il est désagréable de voir les Turcs en possession de nos Lieux saints, répondit-il. Nous sommes forcés de le supporter. Mais soutenir les juifs pour qu’ils obtiennent eux, les Lieux saints, c’est une chose que nous ne pouvons pas faire. »

« Nous ne pouvons rien faire pour eux »

Je soulignai que notre motivation était la détresse des juifs, et que nous entendions laisser de côté les questions religieuses.

« Oui, dit-il, mais nous, et plus spécialement moi en tant que chef de l’Eglise, ne le pouvons pas. Deux cas peuvent se présenter. Ou bien les juifs restent fidèles à leur croyance et continuent d’attendre le Messie, qui pour nous est déjà venu. Dans ce cas, ils nient la divinité de Jésus, et nous ne pouvons rien faire pour eux. Ou bien ils vont là-bas sans aucune religion, et dans ce cas-là nous pouvons encore moins les soutenir. La religion juive a été la base de la nôtre, mais elle a été remplacée par la doctrine du Christ, et dès lors nous ne pouvons plus reconnaître son existence. Les juifs, qui auraient dû être les premiers à reconnaître Jésus-Christ, ne l’ont pas fait jusqu’à ce jour. »

Je faillis dire : « C’est ce qui arrive dans toutes les familles. Nul n’est prophète dans sa famille. » Au lieu de cela, je déclarai : « La terreur et les persécutions n’étaient peut-être pas les meilleurs moyens pour éclairer les juifs. »

Pie X : « Nous vous baptiserons tous »

Il répliqua cette fois avec une simplicité désarmante : « Notre Seigneur est arrivé sans disposer d’aucune puissance. Il était pauvre. Il est venu en paix. Il n’a persécuté personne, on l’a persécuté. Même les Apôtres l’ont abandonné. Ce n’est qu’ensuite qu’il a grandi. C’est seulement au bout de trois siècles que l’Eglise a été mise en place. Les juifs avaient donc le temps de reconnaître la divinité de Jésus-Christ sans aucune pression extérieure. Mais ils ne l’ont pas fait, ils ne le font toujours pas à l’heure qu’il est. »

« Mais, Saint-Père, dis-je, la situation des juifs est épouvantable. Je ne sais si Votre Sainteté réalise toute l’ampleur de ce drame. Nous avons besoin d’un pays pour les persécutés.

– Mais cela doit-il être Jérusalem ? demanda-t-il.

– Nous ne demandons pas Jérusalem, précisai-je, mais la Palestine, seulement le pays profane.

Il répéta : « Nous ne pouvons pas soutenir cela. »

«- Connaissez-vous, Saint-Père, la situation des juifs ? questionnai-je

– Oui, je l’ai connue à Mantoue, répondit-il. Il y a des juifs là-bas. J’ai d’ailleurs toujours eu de bonnes relations avec les juifs. Tout récemment, un soir, j’ai eu la visite de deux juifs. Il est vrai qu’il existe des rapports qui se situent en dehors de la religion : des rapports de courtoisie et de charité. Nous ne refusons aux juifs ni l’une ni l’autre. Du reste, nous prions pour eux, afin que leur esprit s’éclaire. Précisément en ce jour, nous célébrons la fête d’un incroyant qui, sur le chemin de Damas, s’est converti de façon miraculeuse à la vraie croyance [Saint Paul]. Ainsi, si vous allez en Palestine et si vous y installez votre peuple, nous préparerons des églises et des prêtres pour les baptiser tous. »

Theodore Herzl – Journal 1895-1904. Le fondateur du sionisme parle. Cité dans la revue « Le sel de la Terre ».

5 pensées sur “Herzl relate son entretien avec Pie X : Incompréhension totale

  • Avatar
    14 janvier 2020 à 9 h 36 min
    Permalink

    Aujourd hui c est le pape en place qui laisse massacrer les chrétiens dans tout l orient ! Il ne demande même pas aux sionistes d essayer de les aider ,il préfère embrasser les pieds de tous les visiteurs musulmans dans son immense palais !

    Répondre
  • Avatar
    14 janvier 2020 à 10 h 07 min
    Permalink

    DES ÉLUCUBRATIONS BIEN PAPALES IL Y A 120 ANS . MAIS QUE L ON POURRAIT MALHEUREUSEMENT ENTENDRE DE NOS JOURS AU VATICAN.
    BÉNI SOIT ISRAËL QUI PROTÈGE LES CHRETIENS AU MOYEN ORIENT.

    Répondre
  • Avatar
    14 janvier 2020 à 14 h 03 min
    Permalink

    Le catholicisme c’est cela !! Il oublie juste que JESUS était juif et que nous sommes Judéo-chrétiens !! Alors préférer faire occuper la Terre par un DIEU remplaçant le DIEU d’ ISRAEL est très grave !! Heureusement que la plupart des Evangéliques ( ceux qui connaissent l’ EVANGILE ) sortent du lot et soutiennent les juifs et l’ ETAT du DIEU d’ ISRAEL !!! C’est vrai que certains protestants haïssent les juifs mais dans quelle bergerie n’y a t-il pas de mouton noir !!!!

    Répondre
  • Avatar
    14 janvier 2020 à 16 h 13 min
    Permalink

    Les propos du Pape dénotent quand même une méconnaissance assez catastrophique de sa propre religion et des conditions de sa création. Quant à prétendre que le rabbin Ben Yossef serait le Messiah alors même qu’il ne l’a jamais revendiqué et qu’il ne remplissait pas les conditions prévues par la religion en laquelle il croyait, relève d’une grave erreur.

    Répondre
  • Avatar
    15 janvier 2020 à 19 h 03 min
    Permalink

    Un pape controversé
    Alors que ses successeurs Jean XXIII, Paul VI et Jean-Paul II ont été canonisés, le procès en béatification de Pie XII, relancé en 2009 par Benoît XVI, est depuis au point mort en raison des controverses sur son rôle pendant la guerre.

    Pour beaucoup d’historiens, il aurait dû condamner bien plus fermement le massacre des juifs mais ne l’a pas fait par prudence diplomatique et pour ne pas mettre en péril les catholiques dans l’Europe occupée. Une pièce de théâtre, « Le Vicaire », du dramaturge allemand Rolf Hochhuth en 1963, adaptée dans le film à charge « Amen » du Grec Costa Gavras en 2002, a largement contribué à cette image d’un pape lâche.

    D’autres historiens assurent en revanche sur le fait qu’il a sauvé des dizaines de milliers de juifs italiens en demandant aux couvents de leur ouvrir leurs portes.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *