Harcelée: Etre une femme et juive au Maroc, c’est la double peine

J’ai 48 ans. Je ne porte jamais de mini-jupe. Pas assez jolie ou pas assez en sécurité pour ça.

J’ai 48 ans et je ne fais jamais semblant de ne pas savoir que mon chemisier a un bouton ouvert ou qu’il est un peu transparent.

Quand je choisis mes vêtements, je sais qu’ils sont codifiés, porteurs d’images, de messages donc, je veille à contrôler » ma communication non verbale le mieux possible. Le moins mal…

Sur le fond: je crois qu’on est responsable à mon âge du moins…des signaux qu’on émet. Pas tous certes, mais un bon nombre.

Lorsque, très rarement, un patient me dit qu’il ne fait que penser à moi depuis notre dernière consultation…je ne me perds pas en conjecture sur un éventuel « transfert ».

Je plante mes yeux sincères dans les siens et je lui dis que s’il veut poursuivre sa thérapie avec moi, soit il change radicalement de posture soit il va voir un confrère!

Quant aux lourdeurs masculines entendues parfois au détour d’un cocktail ou d’un déjeuner; je les trouve si affligeantes pour leurs auteurs que j’hésite selon l’humeur entre faire l’idiote, un trait d’humour ou un missile sol-air.

Mais c’est toujours gérable et désamorçable. Bref, en occident, être harcelée dépend beaucoup de notre posture initiale.

C’est en tous cas l’expérience qui est la mienne.

Le harcèlement écrasant, le harcèlement qui vous dégrade, vous salie au point de retourner l’estomac de peurs et de nausées, c’est au Maroc que je l’ai connu.

Double peine

Etre une femme et être juive au Maroc, c’est la double peine. Un combat de chaque instant qui rend vite agoraphobe.

Aussi loin que je me souvienne le harcèlement a été présent. Les champions du monde à ma connaissance :  les pays arabes. Le Maroc par exemple.

J’y ai vécu 16 ans. Vous allez au Collège, les hommes vous suivent en voiture, au pas, vous attendant à l’angle d’une rue au volant.

Vous sortez acheter du pain ? Ils vous croisent et secouent dans leur poche leurs pièces de monnaies…des fois que.

Vous attendez un taxi ? Ils s’arrêtent et vous proposent l’œil lubrique de vous déposer.

Vous marchez dans la rue ? Mauvaise idée! Vous avez droit à toute sorte de bruitage allant du baiser aux mots salaces et propositions indécentes.

J’oubliais le chauffeur saoudien qui vous attend un soir en bas de chez vous, la main pleine de pierres précieuses en échange de…! Pathétiquement drôle.

Et si vous avez traversé tout cela en restant saine d’esprit, il reste encore la main qui effleure votre hanche ou vos fesses. Un bonheur de vivre au Maroc tant d’années..

L' »ami » de la famille aux mains baladeuses

Il y a le pays et il y a la famille…les amis de la famille. Combien de patients viennent me voir pour des colères ingérables et nous dévoilons en cours d’entretien inceste, attouchements, viols, coups ?

Combien d’entre nous n’ont-elles pas été comme moi enfant, au détour d’une soirée, été sur les genoux rassurants d’un oncle ou d’un ami » de la famille?

Ce même adulte qui profitant de votre sentiment de sécurité contre lui, glisse sa main entre vos cuisses jusqu’à votre intimité?

Rendons hommage à ces hommes malades capables de tétaniser une enfant de 6 ans en appelant ça de l’amour !

Il y a aussi ce parrain, puissant prédateur, leader de sa communaute juive…qui vous empêche d’échapper d’une pièce avec son imposante  stature et vous sacrifie sur l’atel de son crime.

Ailleurs ? Adulte? Plus « élégant » certes, moins primaire…

Cet homme prêt à tuer pour vous avoir.

On vous dévisage, vous « envisage », vous approche tactiquement…

On propose de vous raccompagner, on propose un diner ou une « collaboration » voire  une promotion …

Et un jour cet homme, celui de trop qui est plus fort que vous, plus malade que les autres …cet homme prêt à tuer pour vous avoir.

Vous avez 2 secondes pour sauver votre peau et vous savez que c’est ou lui ou vous. Vous donnez ce puissant coup de pied et les 8 étages fatals défilent sous ses yeux.

8 étages pour combien de victimes ? 8 étages pour combien de vies sauvées?

Enfant impossible de comprendre et de dire non. Impossible même de dénoncer.

Adulte, on assume ses choix d’y aller ou…pas.  Adulte j’ai eu de la chance.

Je ne la dois qu’à moi. Ma posture, les limites, les mots choisis et oui, les vêtements choisis aussi n’en déplaisent.

On façonne notre vision du monde avec les mots qu’on emploie. On façonne aussi la vision que les autres ont de nous avec les choix que l’ont fait.

Emmanuelle Halioua

Thérapeute

Emmanuelle Halioua

Emmanuelle Halioua

Emmanuelle Halioua, femme et mère est thérapeute spécialisée en trauma et en hypnose. Depuis Paris, elle nous envoie ses chroniques qui ne laissent personne indifférent

Une pensée sur “Harcelée: Etre une femme et juive au Maroc, c’est la double peine

  • Avatar
    25 octobre 2017 à 9 h 02 min
    Permalink

    Vous oubliez le troisième crime qu’on pourrait vous imputer : être belle !
    Crime grave s’il en est dans des contrées où les pulsions mâles sont « socialement tolérables ».
    Mes cousines, partiellement Halioua elles aussi, vous ressemblent beaucoup. Cela n’a pas toujours été à leur avantage.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *