Guerre totale au Yémen où B. Obama retire ses troupes pour laisser les supplétifs de l’Iran grignoter du terrain

Décidément, les Etats-Unis sous Barack Obama ont de grandes convergences d’intérêt avec l’Iran. Dernier épisode en date, le retrait des forces armées américaines, à un moment où les alliés Houthis dirigés par l’Iran s’apprêtent à prendre le pouvoir dans l’un des derniers bastions sunnites du pays. Depuis le début de la présidence Obama, ce petit État du sud de la péninsule arabique était devenu un point d’appui dans la région et un allié clé de l’Amérique en matière de coopération antiterroriste contre al-Qaida. Avec des opérations ciblées d’élimination de chefs terroristes, tel l’imam Anwar al-Awlaki, un extrémiste musulman américain, célèbre pour avoir radicalisé nombre de citoyens américains via ses prêches sur Internet. Alors que le pouvoir sunnite aurait grand besoin de l’allié américain, ce dernier décide de partir, pour laisser la voie totalement libre aux milices chiites. Le retrait américain intervient en effet alors que les chiites houthis, aujourd’hui maîtres de Sanaa, ont appelé à la mobilisation générale, pour attaquer le fief sunnite d’Aden, où l’ex-président Hadi a établi un pouvoir concurrent.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *