George Clooney compare les migrants syriens aux Irlandais du siècle dernier

A la faveur de son escale à Berlin, en février dernier, pour assurer la promotion de son dernier film, c’est un George Clooney très sensibilisé au sort des réfugiés syriens qui s’est rendu à leur chevet sous les objectifs des caméras, focalisant l’attention des médias et de l’opinion publique aux côtés de son épouse, la juriste britannico-libanaise Amal Alamuddin, menacée de mort par des islamistes.

Lors de cette visite planifiée par l’association International Rescue Committee, la star d’Hollywood et militant humanitaire dans l’âme a rappelé l’importance de se souvenir « d’où l’on vient pour savoir qui l’on est vraiment », dans une longue tirade contre l’Occident, mais sans référence aux nombreux pays musulmans qui ont fermé la porte à leurs coreligionnaires.

Décrivant l’Amérique comme un « pays d’immigrants » par excellence, George Clooney a évoqué ses propres racines irlandaises en ces termes : « Je suis d’origine irlandaise et en Amérique, il y a 100 ans, ma famille et tous les Irlandais étaient considérés comme des réfugiés. Ils furent très mal traités, rejetés, et ce pendant un certain temps. Mais l’Amérique a fini par les accepter ainsi que toutes ces idées nouvelles », a-t-il confié, avant d’ajouter : « Récemment, nous avons échoué à accomplir ce devoir de mémoire. C’est essentiel d’être ici avec vous et de parler ensemble, car cela permet de rappeler qui nous sommes et qui nous avons toujours été – c’est-à-dire vous. »

5 pensées sur “George Clooney compare les migrants syriens aux Irlandais du siècle dernier

  • Avatar
    20 mars 2016 à 20 h 15 min
    Permalink

    Aucune comparaison sombre idiot

    Répondre
  • Avatar
    20 mars 2016 à 20 h 34 min
    Permalink

    Normal sa femme est une arabe

    Répondre
  • Avatar
    21 mars 2016 à 13 h 47 min
    Permalink

    encore un qui veut jouer ls héros.

    pauvre taré

    Répondre
  • Avatar
    21 mars 2016 à 15 h 47 min
    Permalink

    GEORGES CLOWN qui veut jouer AUX ZZEROS. pauvre TARE et RATE. Qui s’assemble se ressemble, sa femme est une antisemite. (avocate de mes bottes, qui est l’idiot qui lui remis un diplome de droit),

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *