La gastronomie palestinienne vue par BDS à la fête de l’Huma

La Campagne BDS France tenait un stand à la dernière fête de l’Humanité qui a eu lieu à la Courneuve du 15 au 17 septembre dernier.

Outre le fait que les participants à cette grand-messe de l’ultra gauche se font de plus en plus rares, une micro-organisation non représentative de la communauté juive se fait un plaisir de prêter main-forte aux détracteurs d’Israël et donc à BDS.

C’est encore le cas cette année de l’UJFP (Union Juive Française pour la Paix), qui décidemment ne rate pas une occasion de salir l’Etat juif.

Lu sur le site de BDS France : « Avec l’UJFP (Union Juive Française pour la Paix), la FTCR (Fédération des Tunisiens pour une Citoyenneté des deux Rives) et Les Ptits Plats Palestiniens de Rania, notre stand a rencontré un grand succès durant ces 3 jours! »

« Gastronomie palestinienne »

Laissons l’UJFP à ses discours vaseux et intéressons-nous au succès rencontré par le stand « gastronomie palestinienne » de la charmante Rania. A ce propos, les photos publiées sur le site de BDS France jettent un éclairage nouveau et saisissant sur la « culture culinaire palestinienne ».

Houmous, sandwich fallafel et Tehina
Houmous, sandwich fallafel et Tehina

Les plats proposés redoublent d’originalité : Houmous, sandwich falafel et Tehina. Ça ne vous rappelle rien ? Les grands chefs de la région n’ont qu’à bien se tenir. Côté salade, Rania propose des légumes typiques de la « culture palestinienne » comme des tomates et des concombres accompagnés de cornichons, de Tehina et …de feuilles de menthe.

BDS et la fête de l’Huma ont enfin levé le voile sur la « gastronomie » palestinienne…semblable à l’identique aux plats de base des voisins israéliens! Après Jérusalem, capitale de deux Etats, Al Aqsa sur le Mont du Temple, le Kotel lieu saint de l’Islam, le caveau des Patriarches de Hévron inscrit au patrimoine culturel palestinien,  il est vrai qu’on en est plus à un plagiat près…

Nathalie Sivan

Nathalie Sivan

Chroniqueuse invétérée de Coolamnews, Nathalie est une passionnée de la société israélienne, de ses particularismes, ses richesses humaines mais aussi de ses incohérences.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *