Gal Hirsch ne sera pas le prochain directeur général de la police

Le général de brigade Gal Hirsch, qui a retiré sa candidature du poste de directeur général de la police, affirme qu’il a été victime d’une « campagne de diffamation ». Gal Hirsch s’est senti contraint de retirer sa candidature, mercredi soir. Il affirme qu’il est honoré avoir été le candidat choisi pour le poste, mais il est déçu d’avoir été l’objet d’une « campagne publique et médiatique de dénigrement ».

« La nuit dernière, en réalité, le Premier ministre Netanyahou et le ministre de la Sécurité publique, Gilad Erdan, ont changé d’avis sous la pression et tout est devenu clair pour moi, » a déclaré Hirsch lors d’une conférence de presse jeudi.

« Je les remercie d’avoir considéré ma candidature, et aussi pour la foi et la confiance qu’ils ont placées en moi, et surtout pour leur position courageuse le mois passé. Mais il est clair qu’ils ne peuvent pas réaliser leur désir de me nommer. » La nomination de Hirsch, qui est devenue publique il y a quelques semaines, a attiré de vives critiques dans les médias, parmi certains politiciens et au sein même des cadres de la police.

Hirsch a dirigé la Division Galilée de l’armée israélienne au cours de la seconde guerre du Liban en 2006, mais ses décisions au Commandement, en particulier lors de la fin de la guerre, répondant à la demande Tsahal de prendre le « contrôle complet » du village arabe de Bint Jbeil, où certains des combats les plus violents ont eu lieu, ont fait l’objet de graves remises en question de son leadership. Dix-sept soldats de Tsahal ont été tués dans des combats dans et autour de ce village.

Après la guerre, Hirsch a démissionné de l’armée. Durant ces quelques dernières années, il a supervisé « l’Institut de leadership d’Israël » et la société de sécurité « Bouclier défensif Holdings, Ltd. »

Commentant « les médisances et méchancetés » qui ont été proférées quand il a été choisi en tant que candidat, Hirsch a déclaré, « j’ai passé 30 ans de ma vie à apprendre ce que représente le service public. Je suis très inquiet à propos de certaines questions importantes dans cette société, notamment la gouvernance, la démocratie et la primauté du droit, et aussi sur les groupes de pouvoir et d’intérêt, qui ne sont pas formés d’élus, mais qui en réalité dirigent nos vies. Certaines valeurs m’ont toujours guidé, et j’ai l’intention de continuer à faire ce que je peux pour influencer la société. J’avoue que j’aurais bien aimé être directeur de la police. »

2 pensées sur “Gal Hirsch ne sera pas le prochain directeur général de la police

  • Avatar
    24 septembre 2015 à 15 h 28 min
    Permalink

    qui sont ces gens qui ne sont pas formés d’élus mais qui en réalité dirigent nos vies le grand chef de guerre doit nommer ces gens.

    Répondre
  • Avatar
    27 septembre 2015 à 14 h 56 min
    Permalink

    Le mercredi soir, le Premier ministre pipi nothing.iaou a évoqué la menace la plus critique de la démocratie israélienne. Suite à l’annonce du ministre de la Sécurité publique Gilad Erdan qu’il annulait la nomination de Gal de Hirsch comme inspecteur général de la police en raison du refus du procureur général yehuda weinstein de l’approuver en temps opportun, Netanyahu a déclaré, « Notre processus de nomination est brusque et prolongé, nuisible, et sans aucun doute digne d’examen. »

    Le pouvoir de nommer est le pouvoir de gouverner.Sans le pouvoir de nommer des fonctionnaires, les gouvernements ne peuvent pas développer des réseaux de patronage.

    Le comportement tyrannique de la fraternité legal tyrannisant Israel a engendré une culture organisationnelle profondément destructrice au ministère de la Justice et chaque branche du pouvoir en Israel. Pourquoi travailler dur pour défendre le pays quand votre avancement de carrière est dicté uniquement par votre volonté de suivre la ligne de l’entreprise?

    Bien que le favoritisme a développé une mauvaise réputation, tout cela revient vraiment est la capacité à assurer que les fonctionnaires nommés par un gouvernement sont fidèles au gouvernement et en tant que résultat peut être dépendait desu pour exécuter fidèlement les politiques du gouvernement.Lorsque les nominations sont contrôlés par des forces non élus, les élus ne peuvent pas avoir confiance que les fonctionnaires vont mettre en œuvre leurs politiques. En effet, il est presque une donnée qu’ils ne seront pas.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *