Le Fatah au Hamas : Veuillez rendre les armes s’il vous plait…

 

Problème insoluble, les armes du Hamas. L’Autorité palestinienne continue de souligner l’importance de désarmer la branche armée du Hamas et de contrôler ses forces de sécurité, pour lui permettre de prendre la responsabilité de la bande de Gaza, en général, et des terminaux en particulier (« une autorité avec un ensemble d’armes »). D’autre part, les hauts responsables du Hamas continuent d’insister sur leur refus absolu de désarmer, qualifiant le désarmement de ligne rouge à ne pas franchir.

La position de l’Autorité Palestinienne

Rami Hamdallah, le Premier ministre du gouvernement de consensus national palestinien, a déclaré que l’AP ne pourrait pas exploiter les terminaux sans un contrôle actif des forces de sécurité dans la bande de Gaza. Il a appelé les organisations internationales à agir rapidement pour résoudre le problème. Il a précisé que le gouvernement ne peut pas poursuivre son programme visant à améliorer les conditions civiles sans avoir résolu le problème de la sécurité.

Interviewé par la chaîne al-Arabiya, Hamdallah a déclaré que la question des forces de sécurité et des armes dans la bande de Gaza doit faire partie d’une seule autorité légitime, sous la supervision de la direction politique. Il a précisé que c’était le leadership politique qui avait à prendre des décisions au sujet de la guerre et de la paix.

Une seule autorité, d’une seule loi, d’une seule arme

Adnan al-Dhamiri, porte-parole des forces de sécurité de l’Autorité Palestinienne, a déclaré que Rami Hamdallah avait décrit avec précision la situation. Il a affirmé que Hamdallah appelle les organisations à résoudre le problème des forces de sécurité pour que le gouvernement puisse fonctionner et assumer ses responsabilités sans pression ni menaces. Il a dit qu’au sujet de la sécurité, il n’y avait pas de quotas ou de coopération entre factions. Enfin, il a souligné que le facteur déterminant est la loi de 2005 sur le service des forces de sécurité.

Hazem ‘Atallah, commandant de la force de police palestinienne, a déclaré à des correspondants étrangers que pour que la réconciliation réussisse, le Hamas doit être désarmé. Il a dit qu’ils parlaient d’une seule autorité, d’une seule loi, d’une seule arme. Interrogé sur la question de savoir si la branche armée du Hamas sera autorisée à conserver ses armes lorsqu’il recevra le commandement des forces de police dans la bande de Gaza, il a répondu par la négative.

Il a dit qu’il serait impossible de superviser la sécurité lorsque toutes les roquettes, les fusils et autres armes se trouvent dans la bande de Gaza. Il a dit que les 8,000-9000 policiers qui se trouvaient dans la bande de Gaza avant que le Hamas n’en prenne le contrôle retrouveraient leur emploi.

La position du Hamas

Les responsables du Hamas ont critiqué les déclarations des chefs de l’Autorité Palestinienne et continuent d’affirmer que le désarmement est une ligne rouge à ne pas franchir :

Ismail Haniyeh, chef du bureau politique du Hamas, a rencontré des étudiants de l’Université islamique à Gaza et a déclaré que la stratégie du Hamas est de préserver et de développer le programme de la « résistance » [cf., le terrorisme]. Il a dit que l’abandon de la stratégie de la « résistance » était hors de question et ne peut être négocié. Il a également affirmé que l’existence de la « résistance » avait été mentionnée dans l’accord du Caire de 2011 et dans le protocole signé récemment au Caire, et que donc personne ne peut désarmer la « résistance ».

SOURCE : http://www.terrorism-info.org.il

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *