Faire son Alyah à 100 ans

J’ai eu la chance d’interviewer récemment, une personne qui m’a donnée une véritable leçon de vie, concernant la possibilité de « se renouveler » à tout âge. Il s’agit de Dova Dovergrich, une ukrainienne de 100 ans et 5 mois. Dova est une survivante de la shoa, née en Ukraine où elle a passé toute sa vie jusqu’à là. Par la journaliste Sivan Rahav Méir.

Faire son Alyah n’est pas chose aisée, à fortiori lorsque l’on a 100 ans. Lorsque la situation s’est dégradée à Kiev, Dova Dovergrich s’est tournée vers les équipes de Zaka Ukraine qui l’ont aidé à se sauver, en partenariat avec les équipes de Mada. L’opération de sauvetage a duré 11 heures d’affilée, jusqu à atteindre la frontière avec la Moldavie, loin des combats.

Pendant l’interview, elle était accompagnée de Valérie Dikstein de Zaka qui a participé à l’opération de sauvetage. Je lui ai demandé où elle comptait se rendre à présent. Alors, elle m’a répondu « dans votre pays » et s’est reprise immédiatement « je veux dire, dans notre pays. » À la fin de l interview, je lui ai demandé si elle connaissait quelques mots en hébreu et elle a dit « Chalom Israël ». Elle a demandé à Valérie comment ont dit merci (« spassiva ») en hebreu? et Valérie lui a répondu « toda ».

Ainsi, je me suis trouvée face à une centenaire qui cherche à apprendre ses premiers mots d’hébreu,
qui n’est pas sa langue maternelle. C’est un exemple vivant de ce qu’est être vieux à 20 ans et jeune à 100 ans et cinq mois. J’ai compris ce que signifie être capable de toujours apprendre, de toujours se renouveler.

Chavoua Tov et un bon mois de Nissan!

Sivan Rahav-Meir

Sivan Esther Rahav-Meir est une journaliste, reporter, publiciste et présentatrice de télévision et de radio israélienne.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.