F. Fillon, frileux pour dénoncer l’Arabie saoudite et le Qatar

« Moi je nomme les choses », promet François Fillon lors de son discours à la Villette à Paris dimanche 29 janvier. En pleine polémique sur fond de soupçons d’emplois fictifs concernant son épouse ajoutée aux accusations de détournements de fonds publics au Sénat, le candidat vainqueur de la primaire à droite a dû se montrer imperturbable. D’où cette phrase, entre autres, qui traduit sa volonté de prouver qu’il n’a peur de personne.

Elle intervient dans son discours juste après cette déclaration : « Je veux la clarification de nos relations avec les États qui abritent les doctrinaires de l’Islam radical et les marchands de ‘burkini’ ». Seulement, d’après plusieurs observateurs parmi lesquels le directeur de l’information numérique chez France Info, François Fillon a omis de « nommer » ces « États », pourtant bien écrits sur sa feuille. Ainsi, à l’origine, les mots « Arabie Saoudite » et « Qatar » remplaçaient le mot plus englobant d’ »États » selon RTL.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *