Être juif sur l’île de La Réunion

À 13000 km de Paris, dans l’océan Indien, une petite communauté fait peu à peu sa place au sein d’une population dont le métissage ethnique, culturel et religieux se poursuit aussi naturellement que par le passé.

La Réunion, région ultrapériphérique de l’Union européenne de près de huit cent mille habitants, s’est peuplée par vagues d’immigrants venus, librement ou sous la contrainte, de différents pays et continents. 90 % des Réunionnais sont catholiques (Blancs, Noirs, hindous, métis et métropolitains), et 10 % sont musulmans, bouddhistes, protestants, malgaches, juifs. Cette mosaïque culturelle en fait une île à part. « Ces flux de populations n’ont jamais cessé. Tous ces peuples ont enrichi l’identité et la culture réunionnaises.

Nous sommes collectivement héritiers des plus anciennes comme des plus jeunes civilisations, affirme Nassimah Dindar, présidente du conseil général. Aucune classification fondée sur l’ancienneté d’une communauté n’a lieu d’être. L’île accueille avec amitié et fraternité ceux qui s’y installent. Les Juifs s’y insèrent sereinement dans leur vie personnelle, professionnelle et spirituelle. »

2001 : création de la CJR

Les premiers Juifs, venus il y a une quarantaine d’années, ne sont pas restés. Essentiellement sépharade, « notre communauté a commencé à s’organiser il y a vingt-cinq ans à l’arrivée de Charles, Maurice et Alain Benattar », raconte Isaac Benchetrit, le doyen. En 1974, ces marchands de « trousseaux » installent l’unique synagogue dans une maison créole de la rue de l’Est à Saint- Denis, capitale régionale. Arrivé en 1987, Léon Benhamou, malgré un planning chargé avec l’ouverture du service des grands brûlés de l’hôpital Félix-Guyon, s’attelle à la tâche.

Trésorier en 1988, il succède aux Benattar à la présidence en 1990 : « C’était difficile. Financièrement, les gens progressaient facilement, puis repartaient. Ils ne s’installaient pas avec un choix de vie et un projet professionnel durables les liant à une vie communautaire. » En 2001, le docteur Léon Benhamou laisse sa place à Bernard Boutboul.

Avec l’aide de son épouse Corinne, trésorière, de Jean-Pierre Allouche, secrétaire, et de Mickaël Nabet, ministre officiant en charge du culte et de la culture, le président organise la Communauté juive de La Réunion (CJR) en association loi 1901 pour les cent quatre-vingts familles recensées. « Chacun pratique la religion selon sa foi, mais toute la communauté se réunit lors des moments importants comme Yom Kippour ou Rosh Hachana », confie Bernard Boutboul.

Une nouvelle synagogue

L’insuffisance de la capacité d’accueil de la synagogue oblige la CJR à louer des salles pour ses grandes célébrations lors desquelles officient les rabbins Korsia et Partouche. Le 16 septembre 2002, jour de Yom Kippour, des travaux sur le terrain mitoyen font s’effondrer la déjà branlante synagogue. Pour la reconstruire, Bernard Boutboul fait appel aux Juifs de Métropole et d’outre-mer. Début 2003, malgré une aide insignifiante, la CJR réinstalle sa synagogue rue Jean-Cocteau, à Saint-Denis.

Distance et fermeture des routes en période cyclonique ont poussé la famille Amiel à installer un second lieu de culte à Saint-Pierre, dans leur propre maison. « Pour mieux se souder autour de valeurs communes, toute communauté religieuse doit avoir son lieu de culte, assure madame Dindar. Une collectivité peut y contribuer. Je me suis engagée devant la communauté juive à trouver une solution avec elle. Nous cherchons le moyen pour que chacun ait un lieu d’expression dans un cadre juridique applicable, en coopération avec la commune d’accueil.

Nous ferons aboutir ce projet de synagogue qui me tient personnellement à cœur. Je suis musulmane, mais mes convictions et ma proximité naturelle avec les musulmans n’interfèrent pas dans mes fonctions. Ils jugent normale l’attention que je porte aux Juifs réunionnais. Mon initiative entre dans l’esprit du dialogue interreligieux, une des facettes du “vivre ensemble” réunionnais. »

Attentifs à la situation en Métropole

À l’inverse des produits halal, la casherout n’est pas tout à fait au point. Légumes et poisson font encore l’essentiel du quotidien. Corinne Boutboul répond aux besoins de la casherout par un approvisionnement depuis la Métropole : « Nous avons équipé une pièce, attenante à la salle du culte de la synagogue, d’étagères et de congélateurs pour stocker les produits. Mais nous sommes conscients de leurs coûts élevés. Nous travaillons à une meilleure solution.

» Inquiets pour leurs frères de Métropole, les Juifs reconnaissent qu’ils vivent en sécurité à La Réunion. Mais, pour Mickaël Nabet, il faut malgré tout, à travers l’école, continuer d’informer. À l’instar de tous les Juifs, ils poursuivent leur devoir de mémoire : après la commémoration de la libération des camps en 2005, le 1er février 2006, Alain Bénard, maire de Saint-Paul, a dévoilé une stèle dédiée aux Juifs disparus pendant la Shoah, en présence du GDIR.

Conforter le lien entre la communauté juive de Métropole et celle de La Réunion

Nassimah Dindar insiste : « Le département est actif pour l’éducation à la citoyenneté et l’enseignement des connaissances historiques. Nos initiatives participent à la sauvegarde des “mémoires blessées” comme à celles qui renvoient aux pages moins sombres. Mais ces légitimes recherches ne doivent pas obérer le sens collectif. » La présidente du conseil régional espère qu’un jour l’harmonie réunionnaise atteindra la Métropole, pour que des actes comme le meurtre d’Ilan Halimi ne se reproduisent pas.

Même éloignée, la CJR reste solidaire : une commémoration en l’honneur d’Ilan a eu lieu le 23 février. Invitée le 19 mars dernier par Cyrille Hamilcaro, maire de Saint-Louis, dans le cadre du soixantième anniversaire de la départementalisation, Simone Veil a été saluée à la fois pour son engagement envers les femmes et pour son travail de mémoire. Sa visite conforte le lien entre la communauté juive de Métropole et celle de La Réunion, dont la présence participe à l’identité réunionnaise.

Une pensée sur “Être juif sur l’île de La Réunion

  • 16 mars 2018 à 3:18
    Permalink

    Bonjour,
    Je m’appelle DARMON GEORGES, j’habitais en 1972 à ST denis à la Reunion et je faisais les trousseaux à cette epoque, notre bureau etait situé rue victor mackolif en montant du barachoix.
    J’ai laissé beaucoup d’amis à la reunion et je suis à la recherche d’un ami avec qui je cohabitais, du nom de Hubert GUEDJ qui habite toujours à la reunion et qui etait originaire de BATNA.
    Je serais heureux de retrouver sa trace pour entrer en contact avec lui.
    S’il frequente la synagogue de ST DENIS ou de ST PIERRE, merci de m’aider dans cette demarche.
    Je laisse mes coordonnées, si vous le retrouvez et qu’il souhaite me contacter
    Mr DARMON GEORGES 185 promenade des anglais NICE 06200
    tel : 06 66822285
    Merci par avance et chabbat chalom

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *