Et les députés arabes de la Knesset restèrent sans voix…

 

Ofir-Akounis

Coup de sang d’Ophir Akounis en séance plénière de la Knesset. Le vice-ministre Likoud chargé des relations avec le parlement et député, n’a pas supporté les déclarations de son collègue arabe le député Ibrahim Tsartsour du parti Raam-Taal. Ce dernier avait quelques instants auparavant estimé à la tribune, que « sans l’aide des Etats-Unis, Israël se serait sans doute évaporée ». Akounis prenant la parole au nom du gouvernement, a saisi la balle au bond et lui a rétorqué :

Quel Culot !

« Il y a quelques minutes, vous avez affirmé dans cette salle des élus de la nation, alors que le drapeau d’Israël est à votre gauche, la déclaration d’indépendance à votre droite, que le pays aurait dû s’évaporer sans l’aide américaine. Vous avez sans doute regretté que cela ne fût ? Mais quel culot ! », s’est emporté le vice-ministre provoquant une réaction plutôt vive des quelques députés arabes présents dans l’hémicycle.

Et de poursuivre « cela fait 4000 ans que le peuple Juif est sur cette terre, malgré toutes les tragédies, tous les mensonges, toutes les occupations et les tentatives de nous détruire. Et vous prétendez que vous étiez là avant nous ? Nous démonterons un à un tous vos mensonges, qui a mon grand regret, sont parvenus à convaincre l’opinion internationale et l’opinion de certains israéliens. »

Ibrahim-Tsartsour

Vos ancêtres étaient-ils là ?

Très en verve, Akounis a même réussi à couvrir de sa voix de ténor, les protestations qui fusaient depuis les strapontins de l’opposition avant d’asséner en guise de conclusion : « Demain je serai à Hevron, la cité des Patriarches et capitale d’Israël, sacrée par le Roi David bien avant Jérusalem. Vos ancêtres étaient-ils là, député Tsartsour ? Pensez-vous réellement que sans l’Amérique que je respecte profondément, les Juifs ne seraient pas sur cette terre ? Notre histoire et notre lien à Israël ont débuté bien avant tout cela. Si nous sommes ici, c’est par le mérite de nos ancêtres et non grâce à je ne sais qui.»

Les journalistes présents dans la salle ont remarqué que les élus arabes ( dont Ahmed Tibi), n’ont pas répondu à l’orateur, ce qui arrive assez rarement dans ce genre de circonstances.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *