Esther Pollard en larmes : « Je compte les jours, les heures, les secondes

Première réaction d’Esther Pollard en apprenant la libération prochaine de son mari, Jonathan Pollard, après 30 ans d’emprisonnement aux Etats-Unis pour espionnage au profit d’Israël. « Jonathan aura purgé sa peine jusqu’au dernier moment. En novembre prochain, je serai très heureuse et pleine de grâce et de bonheur que notre cauchemar soit terminé, » a déclaré un Esther en larmes. » Je compte les jours et les heures et les minutes et les secondes jusqu’à ce que je puisse l’embrasser.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *