Encore des résolutions de l’UNESCO qui font hurler Israël

Les représentants de l’Autorité palestinienne à travers la planète poursuivent leur travail de sape contre Israël au sein des organismes internationaux. Ce fut le cas ces derniers jours à l’UNESCO et auprès de la Cour pénale internationale (CPI). Les résolutions adoptées à l’UNESCO sont comme d’habitude…unilatérales.

Lors d’une réunion du Conseil exécutif de l’UNESCO tenue à Paris le 10 octobre 2018, les résolutions proposées par « Palestine » ont été adoptées à l’unanimité, notamment une résolution sur la protection et la préservation des traditions, de la culture et de l’éducation sur les territoires de l’Etat palestinien, y compris Jérusalem-Est.

En outre, selon les résolutions emploient une sémantique qui ne laissent aucun doute sur leur parti-pris. « Les crimes commis par Israël » doivent être exposés, en particulier ceux contre le patrimoine et les sites culturels palestiniens, en particulier dans la vieille ville de Jérusalem, l’enceinte du mont du Temple, l’église de la Nativité, le Caveau des Patriarches et dans la bande de Gaza. Riyadh al-Maliki, ministre palestinien des Affaires étrangères, a remercié les États qui, selon lui, œuvraient pour la protection des droits du peuple palestinien.

Les Palestiniens œuvrent auprès de la Cour pénale internationale

Shawan Jabarin, membre du comité national palestinien chargé du suivi des actions en justice déposées devant la Cour pénale internationale (CPI) à La Haye, a affirmé que la Cour surveillait les « exécutions [de Gazaouites] » effectuées par Israël le long de la frontière Est de la bande de Gaza et recueillait des preuves. Il a ajouté que le comité national lui avait fourni les informations nécessaires et que celles-ci seraient présentées à la Cour sous la forme d’un rapport complet. Selon lui, il semblerait que la Cour ouvre une enquête active avant la fin de 2018.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *