Elle perd son fils, ses amis israéliens lui offrent une nouvelle vie

Tout a commencé par une tragédie pour Sylvie. La perte d’un fils puis la découverte de dizaines d’amis connus et inconnus, qui vont réaliser le rêve de cette femme : disposer enfin d’un appartement décent et d’un salaire honorable.

Des amis en or. Sylvie a élevé seule son fils Avi. Il y a quelques mois, ce dernier a tragiquement trouvé la mort. Les amis de ce dernier ont constaté au cours de la « chiva », la semaine de deuil, que l’appartement dans lequel il vivait avec sa mère était plus que précaire. Isolation défaillante, murs décrépis, mobilier cassé voire inexistant. De plus, les sanitaires étaient inutilisables.

Un état de fait qui a suscité la mobilisation de l’ensemble de ses connaissances. Les membres du club de football du Bétar, le club de la capitale se sont particulièrement mobilisés. Il faut dire qu’Avi était un fervent supporter de l’équipe phare de Jérusalem. Aussitôt, des collectes sont organisées. Les sommes nécessaires à la réfection de l’appartement de la mère endeuillée sont rapidement réunies. Des bénévoles de tous les corps de métiers se joignent à cette action. Un mois seulement après le début des travaux, Sylvie est conviée dans son nouvel appartement.

Les amis connus et moins connus…

« Je savais qu’il y avait eu une mobilisation mais pas à ce point », a-t-elle déclaré à ses bienfaiteurs. « Je n’imaginais plus une telle générosité après tant et tant d’épreuves », a-t-elle poursuivie ».

D’autres bonnes nouvelles attendaient la mère endeuillée. Grace à la générosité d’un grand établissement, son appartement a été entièrement remeublé. Enfin, rendez-vous a été pris avec un nouvel employeur, qui s’est engagé à lui fournir un salaire décent.

« Au-delà de la douleur représentée par la perte d’un fils, nous avons fait ce qui était en notre pouvoir pour rendre un peu de stabilité et d’espoir à cette femme qui nous a tellement touchée par sa gentillesse et sa grandeur d’âme », s’est contenté de commenter l’’homme qui est à l’origine de ce grand élan de générosité, et qui a tenu à conserver l’anonymat.

Nathalie Sivan

Nathalie Sivan

Chroniqueuse invétérée de Coolamnews, Nathalie est une passionnée de la société israélienne, de ses particularismes, ses richesses humaines mais aussi de ses incohérences.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *