Elle n’a jamais dit à personne qu’elle était juive

Si je n’avais pas entendu cela avec des détails et des noms, j’aurais pensé que c’était une légende. Mais Franny Weissman m’a raconté l’histoire suivante, qui a commencé il y a plus de 100 ans et s’est terminée cette semaine. Par la journaliste Sivan Rahav Méir


Le récit de Fanny Weissman : Personne ne savait qu’elle était juive. « J’ai immigré des États-Unis. J’ai épousé Eviatar, un sabra israélien, dont la grand-mère était une survivante de l’Holocauste. Ils m’ont toujours dit que leurs parents et deux frères avaient été assassinés à Auschwitz. Toutefois, dix frères ont survécu. Neuf des frères ont décidé d’immigrer en Israël ensemble, et une sœur est allée aux États-Unis.

Elle n’a dit à personne qu’elle était juive. Elle a épousé un non juif, ne lui a pas révélé qui elle était, et a annoncé qu’après l’Holocauste – elle n’aurait jamais d’enfants. Lorsque sa famille a essayé de la contacter, elle a refusé. Elle et son mari ont également exigé que leurs corps soient incinérés après leur mort. J’ai entendu maintes et maintes fois dans la famille l’histoire de leur sœur Adèle. Ils ont plus de 350 descendants ici en Israël, quatre générations, mais elle était la pièce qui manquait au puzzle.


Il y a environ deux ans, on m’a demandé d’aller aux États-Unis recruter des étudiants pour un programme éducatif en Israël. J’ai accepté après que mon mari m’a dit : « Même si tu n’amenais qu’une âme en Israël, ce serait magnifique. » On m’a préparé un itinéraire avec des conférences à travers les Etats-Unis. Une des rencontres se déroulait à cinq minutes de la maison d’Adèle, en Floride. Incroyable. Je suis arrivée, j’ai frappé à la porte et j’ai demandé Adèle Schwartz. La bonne a dit qu’il n’y avait personne de ce nom-là. Mais j’ai réalisé qu’elle avait également changé de nom. Je suis entrée et j’ai vu quelqu’un de si semblable à ses frères. J’ai organisé une rencontre par un appel vidéo, et ils ont commencé à pleurer en hongrois. Même la bonne a pleuré.

Hitler c’est fini

Avant de nous séparer, je lui ai pris la main et lui ai dit : « Adèle, Hitler c’est fini, la guerre est finie, vous avez une famille nombreuse, vous n’êtes pas seule, aussi loin que vous vous soyez enfuie- vous pouvez revenir. Ne laissez pas Hitler gagner, venez au moins être enterrée en Terre d’Israël ». Nous nous sommes séparées dans l’émotion et sommes restées en contact, elle qui est née dans cette famille et qui s’est enfuie, et moi qui suis née loin et qui ai rejoint cette famille.


Il y a environ deux semaines, nous avons reçu un message d’un cabinet d’avocats américain. Adèle est décédée à l’âge de 102 ans. Il s’avère qu’elle a changé d’avis et au lieu d’être incinérée, elle a demandé à être enterrée dans une sépulture juive. Immédiatement, nous avons fait des efforts pour l’amener en Terre d’Israël, qu’elle avait fuie toute sa vie. Cette semaine, à Nir Etzion, ses obsèques ont eu lieu, dans le carré familiale. Nous sommes tous venus, et c’était l’un des événements les plus forts de ma vie. Nous avons vu de nos propres yeux le verset du livre de Devarim, que nous lisons actuellement : « Tes proscrits, fussent-ils à l’extrémité des cieux, l’Éternel, ton Dieu, te rappellerait de là, et là même il irait te reprendre ». C’est ce qu’a dit mon mari “ : Si tu vas aux États-Unis et ne ramène qu’une seule âme ici, c’est magnifique. »

Une pensée sur “Elle n’a jamais dit à personne qu’elle était juive

  • Avatar
    1 septembre 2021 à 18 h 13 min
    Permalink

    Émue aux larmes, quand la parole ne circule pas, la mémoire familiale nous rattrape toujours….

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *