Drogue, armes, braquages: la spirale de violence des mafias palestiniennes

C’est le chaos sécuritaire! L’Autorité palestinienne (AP) est préoccupée par les incidents de sécurité survenus depuis l’escalade de violence entre les différents clans mafieux palestiniens. Des hommes armés non identifiés ont attaqué et volé près de 750 000 euros d’une voiture blindée de la Banque Investment Bank à l’entrée de Bir Nabala, près de Ramallah. Le même soir, des hommes armés ont tiré sur des membres des forces de sécurité palestiniennes à Jénine, en blessant certains d’entre eux.

Une poudrière!

Ces incidents soulignent le chaos sécuritaire qui prévaut dans les Territoires depuis le début de cette année, en particulier dans certaines grandes villes comme Jénine et Naplouse. Ces problèmes résultent d’affrontements entre les services de sécurité palestiniens, et les différentes mafias familiales et claniques. La détérioration de la situation a poussé le Premier ministre palestinien Rami Hamdallah à tenir une session extraordinaire pour assurer le suivi des événements. Un haut responsable palestinien a déclaré à Al-Monitor sous condition d’anonymat: « L’état de chaos sécuritaire dans les Territoires a entraîné depuis le début de 2015, environ 26 morts palestiniens – dont sept habitaient Naplouse – et la majorité de ces décès ont impliqué le personnel des services de sécurité.  »

La tension à Naplouse a incité les services de sécurité palestiniens à lancer une opération de sécurité générale le 5 septembre. Ils ont apporté des renforts dans la ville, y compris trois équipes antiterroristes formées en Jordanie. 

A Palestinian stone-thrower looks on as he stands in front of a fire during clashes with Israeli troops following the funeral of Palestinian Riham Dawabsheh at Duma village near the occupied West Bank city of Nablus, September 7, 2015. The mother of a Palestinian toddler killed in a July arson attack in the Israeli-occupied West Bank, died on Monday of her burns, the third fatality after her husband succumbed to his injuries last month. Suspected Jewish attackers torched the family's home in the northern West Bank on July 31, killing the 18-month-old boy, Ali. His father Saad Dawabsheh died on Aug. 9 and his mother Riham, 27, four weeks later. REUTERS/Ammar Awad - RTX1RIOB

La guerre des clans!

Depuis 1994, Naplouse a été le témoin des conflits entre des factions politiques. Il y a quatre clans – les Shakaa, les Aloul, les Rajoub et les Tirawi – qui ont tous des forces de sécurité et une grande influence politique. Shakaa est un ancien maire, tandis qu’Aloul a une histoire de terrorisme contre Israël depuis les années 1970 et 1980 en Jordanie et au Liban. Il y a également  le leader du Fatah dans la bande de Gaza, Mohammed Dahlan, qui jouit d’une forte influence en Cisjordanie grâce à son alliance avec les Shakaa et Tirawi. Cet homme a toutes les ressources financières pour lui permettre d’acheter des loyautés au sein du Fatah. La branche armée du Fatah, Les Brigades des Martyrs d’Al-Aqsa , sont intervenues depuis le début de cette année envenimant la situation déjà compliquée. Cela a également affecté négativement les camps de réfugiés, en particulier celui du camp de Balata. Les problèmes de sécurité dans les camps de réfugiés se sont intensifiés, car les municipalités et l’AP ne fournissent pas assez de ressources humaines et de services de base à l’intérieur des camps. Cette négligence a approfondi le regain de violence.

A masked Palestinian villager keeps guard with other Palestinians as they tighten night guards against Jewish settler threats, at Qusra village near the West Bank city of Nablus August 10, 2015. Fears of attacks by far-right Jews have increased since a Palestinian man and his 18-month-old son were killed when their house in Duma village was set ablaze on July 31, giving Palestinian farmers-turned-volunteer watchmen patrolling their own villages a renewed sense of urgency. Picture taken August 10, 2015. REUTERS/Abed Omar Qusini - RTX1NXEH

Une liste d’incidents majeurs!

Les incidents de sécurité de ces derniers mois ont touché plusieurs villes. Le 5 février, à Naplouse, il y a eu des affrontements armés entre les forces de sécurité des différents clans et les militants du Fatah au cours desquels des mitrailleuses ont été utilisées. Puis le 25 avril, les jeunes du camp de réfugiés de Balata ont volé l’arme de service d’un membre des renseignements généraux, à la suite d’un différend. Le 24 mai, Les Brigades des Martyrs d’Al-Aqsa ont menacé de tuer un officier du renseignement militaire, le lieutenant-colonel Abdul Hakim Wadi, l’accusant d’être un espion à la solde des Israéliens. Le lendemain, des affrontements violents ont éclaté dans le camp de réfugiés de Balata  après que les forces antiterroristes aient tenté de pénétrer dans le camp pour arrêter un individu recherché. Le 13 juin, de violents affrontements ont éclaté dans la ville de Tulkarem entre les forces de l’ordre et certaines des familles qui réclamaient la visite avec un détenu.

A Palestinian man walks at Shatti (beach) refugee camp during power cut, in Gaza City July 23, 2015. Palestinian Energy officials said residents of Gaza, home to 1.8 million people, have been experiencing up to 18 hours of electricity outage a day for three days due to fuel and power shortages. REUTERS/Mohammed Salem TPX IMAGES OF THE DAY - RTX1LKD8

La réponse d’Abbas!

Le Major Général Tawfiq Tirawi, chef des renseignements généraux a envoyé un message à Abbas, un avertissement sur la vague massive de chaos qui pourrait survenir dans les Territoires. Un journaliste palestinien de Naplouse a déclaré: « Il y a des incidents de sécurité qui  résultent d’affrontements armés à cause du commerce illégal d’armes, de drogues et de voitures. Ces derniers mois, l’Autorité palestinienne a tenté de prendre plusieurs mesures pour régler la situation comme la formation d’une commission d’enquête pour découvrir les véritables raisons de la spirale de violence dans les territoires palestiniens, car elle a sensiblement augmenté entraînant la destruction de biens publics et privés « . La violence à Naplouse pourrait nuire à la situation économique dans la ville, car des criminels marchent encore dans les rues sans être poursuivis en tirant des coups de feu la nuit. Lors d’une conférence de presse, le gouverneur de Naplouse Akram Rajoub a menacé de poursuivre tous les responsables car le chaos est devenu insupportable dans la ville.

Hussam Khader, membre du Conseil législatif du Fatah de Naplouse, a critiqué le président Mahmoud Abbas et a déclaré, « Il ne tient pas compte du chaos armé et du commerce de drogue à Naplouse. Ses conseillers lui cachent la vérité au sujet de la détérioration sécuritaire, et le préserve quand il vient sur le terrain dans les territoires palestiniens « .

 Il n’y a aucun signe qui montre que les problèmes seront éliminés ou même atténués. En fait, le chaos est prévu pour être pire encore si Abbas quitte la scène politique sans arrangements politiques.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *