Douze mille Nigérians attendent d’être reconnus en tant que juifs

Se balançant d’avant en arrière, Shlomo Ben Yaakov lit un parchemin de la Torah dans une synagogue de la banlieue d’Abuja, la capitale du Nigeria. Par intermittence, sa voix douce et mélodieuse s’élève en hébreu et il est rejoint par les dizaines de personnes qui récitent après lui.

La plupart ne comprennent pas complètement la langue, mais cette petite communauté nigériane revendique une ascendance juive remontant à des centaines d’années – et elle est frustrée par le manque de reconnaissance de la part d’Israël. « Je me considère comme un Juif », dit M. Yaakov.

À l’extérieur de la synagogue hébraïque Gihon, dans la banlieue de Jikwoyi, une table est dressée à l’intérieur d’une tente construite à partir de feuilles de palmier pour célébrer Sukkot, une fête qui commémore les années que les Juifs ont passées dans le désert en route vers la Terre promise.

« Tout comme nous le faisons aujourd’hui, ils font de même en Israël », déclare M. Yaakov, tandis que les gens partagent le pain traditionnel cholla (cuit à la synagogue) et le vin dans de petites coupes que l’on fait circuler. Il est Igbo, l’un des trois groupes ethniques dominants du Nigeria, originaire du sud-est du pays. Son nom Igbo est Nnaemezuo Maduako.

Beaucoup d’Igbos croient qu’ils ont un héritage juif en tant que l’une des 10 tribus perdues d’Israël, bien que la plupart ne soient pas des juifs pratiquants comme M. Yaakov. Ils représentent moins de 0,1 % des 35 millions d’Igbos estimés. Ces tribus auraient disparu après avoir été emmenées en captivité lors de la conquête du royaume israélite du nord au 8e siècle avant J.-C. La communauté juive éthiopienne, par exemple, est reconnue comme l’une d’entre elles. Les coutumes igbo telles que la circoncision masculine, le deuil des morts pendant sept jours, la célébration de la nouvelle lune et les cérémonies de mariage sous un auvent ont renforcé cette croyance en leur héritage juif.

Aucune preuve

Mais Chidi Ugwu, un Igbo anthropologue à l’université du Nigeria à Enugu, affirme que cette identification au judaïsme n’est apparue qu’après la guerre civile du Biafra. Les Igbos se sont battus pour la sécession du Nigeria, mais ont perdu ce qui a été un conflit brutal entre 1967 et 1970. Certaines personnes « cherchaient un stimulant psychologique auquel se raccrocher » et ont commencé à faire le lien avec les Juifs, dit-il. Ils se sont vus comme un peuple persécuté, tout comme l’a été le peuple juif au cours de l’histoire, notamment pendant l’Holocauste.

« Il est insultant d’appeler les Igbos la tribu perdue de qui que ce soit, il n’y a aucune preuve historique ou archéologique pour étayer cela », dit-il à la BBC. Il affirme que, comme les preuves suggèrent que les Igbos faisaient partie de ceux qui ont migré hors d’Égypte il y a plusieurs milliers d’années, il se peut que les Juifs aient repris les coutumes Igbos lorsqu’ils se sont rendus dans ce pays.

Test ADN négatif

Il y a plusieurs années, des efforts controversés ont été déployés pour prouver une lignée génétique, mais un test ADN n’a révélé aucun lien avec les Juifs. Le rabbin Eliezer Simcha Weisz, président du département des affaires étrangères du Conseil du rabbinat d’Israël – l’organisme qui détermine les revendications d’ascendance juive, n’a pas non plus de doute.

« Ils prétendent être l’un des descendants de Gad, l’un des fils de notre ancêtre Jacob – mais ils ne peuvent pas prouver que leurs grands-parents étaient juifs », a-t-il déclaré à la BBC. « Et les coutumes dont ils parlent, vous pouvez trouver des gens dans le monde entier qui ont des pratiques juives ».

Il ajoute que si les Juifs nigérians ne se convertissent pas au judaïsme – un processus qui implique divers rituels et la comparution devant un tribunal juif (qui n’existe pas au Nigeria) – ils ne seront pas reconnus. M. Yaakov considère l’idée de devoir passer par une conversion comme une insulte. « En tant que convertis, nous serions considérés comme des citoyens de seconde zone », dit-il.

La poussée sécessionniste

Les fidèles de Gihon prennent leurs croyances au sérieux – et eux, ainsi que la communauté des Juifs pratiquants du Nigéria, estimée à 12 000 personnes, sont soutenus par d’autres groupes juifs orthodoxes dans le monde, qui leur font des dons, leur rendent des visites de solidarité et font campagne pour leur reconnaissance.

L’un de leurs principaux soutiens est Dani Limor, un ancien agent du Mossad qui a dirigé une opération visant à faire passer secrètement des Juifs éthiopiens en Israël via le Soudan. Il visite les communautés juives du Nigeria depuis les années 1980 et affirme que la pratique juive dans ce pays d’Afrique occidentale est antérieure à la guerre civile.

Il croit en une école de pensée qui dit qu’ils sont venus du Maroc il y a 500 ans, s’installant d’abord à Tombouctou avant de voyager plus au sud – et il espère qu’ils finiront par obtenir la reconnaissance qu’ils méritent. « Le judaïsme va au-delà de la couleur de la peau, il est dans le cœur », déclare-t-il à la BBC.

La synagogue Gihon, dont on dit qu’elle est la plus ancienne du Nigeria, a été fondée dans les années 1980 par Ovadai Avichai et deux autres personnes qui avaient été élevées comme chrétiens. Les amis ont décidé de se tourner vers le judaïsme lorsqu’ils ont réalisé que l’Ancien Testament de la Bible était le fondement de la religion juive. Il a dit que c’était comme si le juif en lui avait été ranimé – et étant donné les similitudes entre les coutumes juives et les traditions Igbo, il était convaincu que le judaïsme était la vraie voie.

Devenir le premier rabbin nigérian

La reconnaissance officielle par Israël de la fraction des Igbos comme lui en tant que Juifs aiderait la communauté religieuse à s’organiser davantage au Nigeria. Par exemple, pour l’instant, il n’y a pas de grand rabbin et trouver des produits kasher peut être un défi. Ils ne sont généralement vendus que dans quelques magasins appartenant à des expatriés juifs – la communauté mange généralement ce qui est produit localement afin de pouvoir suivre les règles kasher.

M. Yaakov aimerait se former pour devenir le premier rabbin nigérian, ce qui ne peut se faire qu’en étudiant dans une école rabbinique ou auprès d’un rabbin expérimenté. « Pour ceux d’entre nous qui connaissent leurs racines, nous sommes confiants dans notre identité », dit-il. « Si les chrétiens et les musulmans peuvent accepter les leurs et les soutenir, alors je pense que les juifs devraient aussi montrer un certain encouragement. »

SOURCE : BBC Afrique

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.