Dix ans après, les mêmes gestes de l’évacuation se répètent

Le Premier ministre s’est exprimé à propos de la destruction annoncée de deux bâtiments dans la localité juive de Beit El, ordonnée par la Cour suprême. « Notre position à ce sujet est claire, nous sommes opposés à la destruction de ces maisons et œuvrons à trouver les moyens juridiques d’éviter cela ». Netanyahou s’est entretenu une nouvelle fois ce matin avec le conseiller juridique du gouvernement à ce sujet.

Netanyahou espère donc que la Cour suprême annule les ordres de démolition des deux structures Draynoff à Beit El. « Nous travaillons à renforcer l’entreprise d’implantation, tout en obéissant à la loi, » a-t-il dit. Pendant ce temps, toutefois, les actions sur le terrain indiquent que les forces de sécurité se préparent à la démolition des maisons, en attendant une décision de la Haute Cour.

enlevement

La police des frontières a pris le contrôle des deux bâtiments pendant la nuit et expulsé des dizaines de jeunes qui occupaient l’intérieur. « Nous nous opposons à leur démolition et nous prenons des mesures juridiques pour éviter cette étape. Je vais demander à ce que la position du gouvernement, selon laquelle le processus de planification de l’endroit est terminé, soit unanime, il n’y a aucune raison, par conséquent, de raser les maisons. »

Les forces de sécurité ont arrêté 50 des militants selon Honenu, une organisation qui offre une aide juridique aux Israéliens. Le reste de ceux qui protestent à Beit El ont été évacués en utilisant des mesures de lutte antiémeute. Les militants ont affirmé que les forces de sécurité ont utilisé des gaz lacrymogènes à l’intérieur des bâtiments, tentant de faire sortir ceux qui étaient présents.

Une source de sécurité a déclaré que, depuis que l’administration civile, qui dépend de Tsahal, a approuvé la construction de 24 unités de logement à l’emplacement la semaine dernière, les résidents ont déposé une requête à la Haute Cour contre la démolition, mais celle-ci sera effectuée si la Haute Cour le décide. « Nous sommes toujours en processus judiciaire, » a-t-il ajouté.

jeune resident

La police a fermé l’entrée de la route qui mène à Beit El, dans la région de Binyamin au nord de Jérusalem, mardi matin. Alors que les Arabes peuvent passer le barrage routier à Givat Assaf, les Juifs qui ne vivent pas à Beit El ne le peuvent pas. Une lourde machinerie qui sert à la démolition, stationne à la jonction de Beit El, attendant apparemment le feu vert pour commencer la démolition des maisons Draynoff.

Naftali Bennett le président du parti sioniste-religieux, Habayit Hayehudi, et d’autres ministres du Likoud et d’Israël Beitenou ont appelé Netanyahou afin d’éviter les démolitions. Pourtant, le commentateur de Kol Israël, Ran Binyamini, rapporte que la Cour Suprême aurait eu un arrangement secret avec le Premier ministre : « Nous ne démolissons pas à Beit El, et vous gelez les constructions en Judée-Samarie… » (jusqu’à la reprise des discussions avec l’AP ?). Cela expliquerait la rencontre de Sylvan Shalom avec Saïb Erekat. Étrange affaire à suivre…

Une pensée sur “Dix ans après, les mêmes gestes de l’évacuation se répètent

  • Avatar
    28 juillet 2015 à 17 h 07 min
    Permalink

    Les Juifs devraient monter à Beit El pour empecher the forced eviction in le pays JUIF.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *